PV des séances

       

LA "SAINTE-COIFFE" OU "SAINT-SUAIRE DE CAHORS" ...

PV des séances de la Société

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Index

 

SÉANCE DU 7 DÉCEMBRE 2017[3]

Présidence : M. Foissac

 

Nouvelles adhésions

  • Geneviève Salvan-Balard, de Limogne
  • Cyril d’Araquy, de Chartres
  • Valérie Arènes, de Cahors
  • Guillaume Lagane, de Paris

 Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • Anne Mariotto, Le Voyage en Italie d'un magistrat toulousain au xviiiesiècle (1769-1770), dialogue entre un fils et sa mère, famille de Roaldès Dubourg, mémoire de master 1 d’histoire sous la direction de Christine Dousset, Université Toulouse II-Le Mirail, septembre 2007, 234 p., illustrations couleur, don de Danièle Mariotto.
  • Gilles Ladès, « Le Figeacois, une étoile de paysages -3e partie », Les Cahiers de la belle vallée du Lot, n° 8, 2017, p. 20 à 27.
  • Patrice Foissac, « Cahors, nommer », Les Cahiers de la belle vallée du Lot, n° 8, 2017, p. 28 à 31.
  • Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Temime, « Adieu à l’Espagne », extrait du dossier sur « L’Odyssée des réfugiés, de l’expulsion des Séfarades à la jungle de Calais », L’Histoire, les collections, n° 73, octobre 2016, p. 68 à 73.
  • Robert Bedon, « À la charnière entre l’Antiquité et le Moyen Âge, Ruricius, le plus ancien écrivain connu du Limousin et du Quercy », Actes du congrès de Périgueux des 10 et 11 septembre 2016, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXLIV, 2017, p. 43 à 54.
  • Association de sauvegarde de Figeac et de ses environs, Les Métiers à Figeac du xvie au xixesiècle, Figeac, éd. ASFE (Association de sauvegarde de Figeac et de ses environs), 2017, 203 p. Don des auteurs à la SEL.
  • Mathieu Marty, Capdenac à l’épreuve des siècles, préface de Pierre Poujol, éd. Les Cahiers de la belle vallée du Lot, 2017, 70 p.
  • Annie Charnay, « Criminalité et superstition à Gourdon-en-Quercy au début du xivesiècle : l'histoire d'une sorcière », Mélanges historiques midi-pyrénéens, 10e anniversaire 1982-1992, éd. « Les Amis des archives » de la Haute-Garonne, 1992, p. 79-93.
  • Philippe Florentin, « Guillaume Robert et le secret des Templiers, un moine limousin contre l’ordre du Temple », D’onte ses, revue du Cercle de généalogie et d’histoire des Marchois et Limousins, hors-série, n° 17, 2017, 57 p. (Guillaume Robert, désigné comme ennemi des Templiers, celui qui les tortura, est qualifié de moine de Saint-Sauveur de Figeac, ordre de Cluny).
  • Présentation historique de la fondation de la Maison de retraite protestante de Montauban, de 1843 à nos jours, plaquette éditée par la maison de retraite, 2007, 25 p.
  • Anthony E. Clark, « Vincentian Footprints in China : The Lives, Deaths and Legacies of François-Regis Clét, C.M., and Jean-Gabriel Perboyre, C.M. » (Traces de la famille vincentienne en Chine : vies, morts et héritages de François-Régis et Jean-Gabriel Perboyre), Vincentian Heritage Journal, vol. 32, éd. DePaul University, avec illustrations, 2014, 42 p.
  • François Ploux, « Luttes de factions à la campagne, l’exemple du Lot au xixesiècle », Histoire et Sociétés rurales, n° 22, 2e semestre 2004, p. 103 à 134.

 

Deux ouvrages remis par Maître Calmon à Étienne Baux à l’adresse de la Société :

  • « Bulletin des lois de la Convention, an II » du 22 Prairial an II au premier Vendémiaire an III, Imprimerie nationale, environ 500 p. et « Table chronologique des lois et des arrêtés du Directoire exécutif insérés au bulletin des lois depuis le 12 Brumaire an IV jusqu’au 30 Ventôse an V », Imprimerie de la République, environ 300 p.
  • Remise du Fonds de Françoise Mas, de Tauriac, Puybrun et le mousquetaire Bernard Dumas ( séance du 5 octobre).
  • Don d’un lot de lettres de Louis Delport, mobilisé de Cahors, à ses parents à Cabessut en 1914-1918, par Jean-Jacques Despont, président de la Société art et histoire de Sarlat. Dépouillement en cours par Bruno Sabatier.

Nous remercions chaleureusement les généreux donateurs.

Communications

« JEAN-JACQUES LEFRANC DE POMPIGNAN, ÉRUDIT ET PHILANTHROPE » (Jacques Carral)

Nous savons d’expérience combien les interventions de Jacques Carral conjuguent, pour notre plus grand profit, rigueur intellectuelle et pédagogie. Il en fallait pour reconsidérer un personnage dont, dans le Lot, l’essentiel de la réputation, avouons-le, vient de son château de Caïx et de ses actuels propriétaires… Il en va autrement pour nos amis et confrères du Tarn-et-Garonne et de l’Académie de Montauban, dont le marquis de Pompignan est le fondateur. Et pourtant les Lefranc sont bien originaires du Quercy dans sa réduction lotoise et c’est, pour cette famille qui a quitté précocement la terre pour la robe, le transfert de la Cour des aides à Montauban qui est à l’origine de sa résidence chez nos voisins et amis et de l’achat de la terre de Pompignan. Ailleurs, on connaît aussi le marquis pour avoir été raillé par Voltaire à la suite d’un imprudent discours dans lequel il s’en prenait aux philosophes et, plus récemment, par la paternité supposée de la fameuse Olympe de Gouges. Jacques Carral souhaite ramener les choses à leur juste proportion et débute sa conférence en nous précisant qu’il souhaite développer deux aspects méconnus du personnage : l’érudit tout d’abord, puis le philanthrope. Érudit, Jean-Jacques Lefranc l’est par tradition familiale : il accomplit un cycle d’études classiques chez les jésuites de Toulouse puis à Louis-le-Grand, à Paris, et, surprise, dans la faculté de droit de l’université de Cahors pour respecter une tradition familiale. Mais son vœu le plus cher est d’être « homme de lettres » et, à peine âgé de 25 ans, il le réalise en faisant donner en 1734 une tragédie, Didon, qui rencontre un certain succès et qui est aussitôt éditée. Rappelons, car il n’y a fait qu’une trop rapide allusion, que Jacques Carral, docteur ès lettres, a publié en 2012 une édition critique de la pièce parue chez Honoré Champion. La polémique née d’un discours de réception devant l’Académie française, où il a été élu le 6 septembre 1759, peut-être inspiré par son frère, Jean-Georges, évêque du Puy et ensuite archevêque de Vienne, pousse Lefranc de Pompignan à se retirer sur ses terres quelques années plus tard. Devenu président de la Cour des aides de Montauban, il va ensuite mener une vie paisible d’érudit au sein d’une magnifique bibliothèque de 26 000 volumes, héritage familial complété d’achats importants (dont une partie de la bibliothèque de Jean Racine acquise de son fils Louis). C’est le legs de cette bibliothèque qui justifie le qualificatif de philanthrope. Son testament indique qu’il souhaite la vendre aux États du Languedoc afin de créer une bibliothèque publique, la première de sa province, contre six paiements de 4 000 francs chacun pour « être placés au profit des pauvres » et entretenir à Pompignan un hospice de charité. Mais d’autres dispositions confient le soin temporaire de cette bibliothèque à son frère l’archevêque pour qu’il la remette à ses héritiers (en l’occurrence à son fils, autre Jean-Georges) après « l’avoir purgée de tout ce qui pourrait être contraire à la religion et aux bonnes mœurs ». Son vœu ne sera pas respecté et, fort heureusement, après de nombreuses péripéties que Jacques Carral ne manquera pas de nous exposer dans un prochain article, une grande partie des livres du marquis va constituer ce qui est aujourd’hui la Bibliothèque patrimoniale de la ville de Toulouse, rue du Périgord.

[1] - Présents : Mmes Azaïs, Bergounioux, Deladerrière, Delsahut, Foissac, Gros, Hillairet, Lagarrigue, Lherm, Mariotto, Mas, Patelli, Pendino, Picard, Serin ; Mlles Cavaroc, Villes ; MM. Azaïs, Baux, Bergounioux, Conte, Deladerrière, Foissac, Gros, Hillairet, Lecuru, Linon, Mas, Réveillac, Rigal, Royère, Serin, Vertut.

[2] Présents : Mmes Azaïs, Bouat, Brasilier, Cuendet, Dreyfus-Armand, Foissac, Grafouillère, Lherm, Mariotto, Pendino, Picard, Royère, Salvan-Balard, Serin, Thiébaut, Ventach ; Mlles Bourges, Brun, Cardona, Cattane, Cavaroc, Mercadier ; MM. Andral, Audoin, Austruy, Auvray, Azaïs, Baux, Bouat, Carsac, Crassac, Cuendet, Deladerrière, Dietsch, Foissac, Germain, Linon, Réveillac, Rigal, Frédéric Rivière, Jean-Michel Rivière, Royère, Sabatier, Serin, Thiébaut, Ventach.

[3] Présents : Mmes Azaïs, Brasilier, Delsahut, Foissac, Goyet, Graffouillère, Lagarrigue, Mariotto, Patelli, Pendino, Picard, Serin ; Mlles Brun, Cavaroc, Garnier, Laur, Mercadier ; MM. D’Alençon, Audoin, Auvray, Azaïs, Birou, Bouyssie, Brugnera, Crassac, Deladerrière, Dietsch, Foissac, Gérard, Germain, Goyet, Halle, Lecuru, Linon, Père, Rivière, Serin.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE du 7 décembre 2017

À 19 h 45, l’Assemblée générale ordinaire 2017 est déclarée ouverte et le quorum électoral atteint.

Patrice Foissac, président, présente le rapport moral de l’année écoulée :

« Nous rappelons que chaque année, les activités ordinaires ou extraordinaires de la SEL sont retranscrites dans les procès-verbaux de séances du Bulletin. Sauf questions, nous ne reviendrons pas en détail sur les actions évoquées lors de nos séances mensuelles précédentes.

Signalons simplement, au sujet des manifestations et activités évoquées lors de la précédente Assemblée générale, que plusieurs projets importants ont été réalisés avec succès : l’édition des Actes du colloque universitaire international consacré au pape Jean XXII qui a fait l’objet d’un numéro spécial de notre Bulletin (2017-II), la numérisation des BSEL de 1914 à 2000 disponibles sur le site “Gallica” de la BnF et le dépôt aux Archives départementales du très riche fonds photographique “Léon et Pierre Mailhol” reçu en don de M. Jean-François Mailhol. Il nous reste à finaliser la publication, en partenariat avec l’UIVC, d’un ouvrage sur la vigne et le vin en Quercy repoussée à l’année 2018. Enfin, dans les nouveaux projets, signalons le partenariat avec le service Patrimoine du Conseil départemental sur l’accompagnement de l’exposition itinérante “Bastides” et, sous réserves de l’accord du CA de la SEL, un autre projet de partenariat avec les organisateurs d’un prochain colloque sur l’évêque Alain de Solminihac. Nous remercions également la Médiathèque de Cahors pour nous avoir communiqué l’inventaire numérisé du Fonds Gary dont nous évoquions l’absence l’an passé. Il faut enfin se réjouir de l’affluence de visiteurs sur nos sites (web et “page Facebook”) ainsi que celle des auditeurs lors des séances mensuelles pour lesquelles nous faisons très régulièrement salle comble. Nous allons d’ailleurs devoir acheter des chaises supplémentaires ainsi qu’une sonorisation digne de ce nom tout en cherchant à gagner un peu de place dans la salle de réunion pour le confort de nos membres, dans toutes les acceptions du terme… »

Alain Gérard, trésorier, présente ensuite le bilan financier de la dernière année écoulée, 2016.

                                           

Dépenses :

Frais de fonctionnement et secrétariat ……………..………….....  320,16 

Frais de fonctionnement PTT ……………………..…………......   242,36

Frais locatifs …………………….……………….………………  1 401,93  

Travaux local ……………………………………….….………..    276,67   

Assurances ……………………………………….….…………..    520,66

Loyers ………………………………………………..……...........  186,00

Édition du Bulletin ………………………………………….…. 10 655,00

Expédition du Bulletin ……….…………………………………   1260,51

TVA sur factures ……………………………………….……….  2 176,71

Sorties-voyages…. …………………………………….………..    719,02

Achats ouvrages ……………………………………….…….....      906,33

Abonnements ……………………………………………………    982,40

Reliures ………………………………………………………….    332,98

Achats petit matériel …………………………………………….    138,22

Divers ………………………………………………….…………   590,99

                                                                                  

                                                                                        Total :    20 709,94

Recettes :

Cotisations normales …………………………………………..    3287,34

Cotisations de soutien ………………………………….….......      687,00

Abonnements ………………………………….……………....  12 982,00

Vente Bulletins France …….……………………………….….        87,20

Vente ouvrages …………….………………….………………       828,00

Divers (dont remboursements de travaux DRAC) ….…….……   3 965,53

TVA restituée ….……………………………....………………    2 500,00

Subventions …………………………………………….………   2 180,00

                                                                                   

                                                                                        Total :   26 517,07

Résultat d’exercice …………………………………..……..      5 807,13

Discussion

La discussion sur ces rapports est déclarée ouverte. M. Gérard justifie l’exercice positif par le remboursement partiel de travaux effectués dans nos locaux mais incombant au propriétaire (État-DRAC). Comme pour chaque exercice budgétaire, MM. Gérard et Foissac précisent que des réserves financières importantes nous sont indispensables tant que nous ne serons pas propriétaires de nos locaux. M. Gérard rappelle qu’il est hostile au paiement électronique (« Paypal ») que nous avons pratiqué cette année en raison des frais qu’il occasionne et de la complication de sa tâche qu’il induit. Nous lui donnons acte de cette position qui sera débattue lors du prochain Conseil d’administration.

L’Assemblée générale approuve à l’unanimité les rapports moral et financier.

Élections au Conseil d’administration

Nous enregistrons avec regret la démission de Mme Valérie Rousset, notre vice-présidente, qui habite désormais Toulouse, de ses fonctions au Bureau et de celle d’administratrice. Nous lui exprimons bien entendu toute la gratitude de la SEL pour ce qu’elle a accompli à nos côtés des années durant. Et, malheureusement, la disparition de Mlle Simone Denjean nous oblige donc à pourvoir à un second poste d’administrateur que nous soumettrons au vote de la prochaine AG.

Conformément à nos statuts, nous demanderons aux candidats à ces deux postes de bien vouloir présenter une candidature écrite qui sera ensuite soumise au Conseil d’administration pour validation et avis.

L’ordre du jour étant épuisé et aucune autre question n’ayant été soulevée par l’Assemblée générale, celle-ci est déclarée close à 20 h 15.

 

SÉANCE DU 9 NOVEMBRE 2017[2]

Présidence : M. Foissac

 

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • Michel Magot, Sabadel, 1789-1989, vol. 1, exposition du 2 août 2015, conception et réalisation Michel Magot, 2015, 13 p.
  • Patrice Foissac, « Les chemins de Saint-Jacques dans le Lot au Moyen Âge », Cahiers scientifiques du Parc régional des Causses du Quercy, vol. 2, Labastide-Murat, éd. Parc naturel régional des Causses du Quercy, 2017, p. 26 à 29.
  • Étienne Baux, Patrice Foissac, « “Donnez-nous de vos nouvelles...”, les combattants de la Grande Guerre et leur “Pays” », Cahiers scientifiques du Parc régional des Causses du Quercy, vol. 2, Labastide-Murat, éd. Parc naturel régional des Causses du Quercy, 2017, p. 30 à 35.
  • Gilles Delluc, « Les pigeonniers souterrains en Dordogne », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXLIV, 2017, p. 716 à 717.
  • Pierre Courroux, « Un bâtard des Albret au xivesiècle », Annales du Midi, t. 129, n° 297, janvier-mars 2017, p. 103 à 105 (compte-rendu de l’ouvrage de Nicolas Savy sur Bertrucat d'Albret).
  • André Décup, « Des messagers de la Foi, les Tournié, sculpteurs à Gourdon au xviiesiècle », La Vie quercynoise du 28 septembre 2017.
  • Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition, les sociétés savantes en France aux xixe et xxesiècles, préface de Jean Jacquart, Paris, éd. du CTHS, 1998, Format 31, 479 p.
  • Françoise Auricoste, Histoire de Frayssinet-le-Gélat (avec articles de Michel Lorblanchet pour la grotte de Frayssinet et de Daniel Sourt pour la période du xxesiècle à Frayssinet), éd. Mairie de Frayssinet-le-Gélat, 2017, 540 p.
  • Claudette Lacroix, Marie-Christine Froidure-Lefrançois, Du Quercy en Frioul, les chemins de Bertrand de Saint-Géniès, avec la participation de Jacqueline Pavan, Luzech, imp. Boissor, 2017, 247 p.
  • Anne-Laure Napoléone, « Les derniers travaux de restauration de la Maison de la Monnaie à Figeac, Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, t. LXXV, 2015, p. 65 à 83, tiré à part.
  • Vedrenne, Françoise Mas, L’Histoire du village de Puybrun ou la « Bastide neuve de Tauriac », de son origine avant l’an 970 et au fil du temps..., Puybrun, Association La Bastide de Puybrun, 2000, 49 p. BO2045.

Communications

« 38 ANS AU BAGNE OU LA VIE D’UN LOTOIS EN GUYANE » (Jean-Louis Conte)

C’est devant une salle comble que Jean-Louis Conte nous a présenté une autre aventure individuelle, certes moins glorieuse que celle du mousquetaire gris qu’on nous présentait en octobre mais tout aussi captivante par l’originalité de son propos. Qu’un Quercinois se retrouve au bagne n’en constitue pas pour autant l’intérêt essentiel, encore que l’extraordinaire longévité dont fit preuve notre compatriote à cet endroit ne manque pas de surprendre. Le public attendait aussi une description d’un système pénitentiaire connu pour sa réputation de férocité à l’encontre des condamnés. Jean-Louis Conte a d’abord décrit comme il se doit les origines et difficultés de sa recherche : le hasard qui lui fait suivre son épouse en Guyane, son installation à Saint-Laurent-du-Maroni et son intérêt immédiat pour l’histoire du lieu. Il parvient à travailler au Centre d’interprétation comme employé bénévole et découvre sur place des milliers de documents à exploiter, issus des archives municipales, celles du bagne ayant été regroupées à Aix-en-Provence. C’est dans cette masse documentaire qu’il découvre la présence d’un Lotois, Henri Blazy, né à Laborie, commune de Bagnac-sur-Célé, près de Figeac, en 1880, de Justine Blazy et d’un « père inconnu », comme cela était fréquent à l’époque. Devenu journalier dans un contexte de misère rurale, le jeune homme commet déjà quelques petits délits puis décide de tenter sa chance à Paris. C’est en chemin, avec un complice, qu’il décide de « visiter » une maison qui lui semble abandonnée… Hélas, le propriétaire est dans ses murs, une bagarre éclate et le malheureux est tué. La cour d’assises de Versailles le condamne à la peine capitale, nous sommes en 1901 et le président Loubet commue la peine en travaux forcés à perpétuité, ce qui signifie alors la déportation en Guyane. Blazy devient l’un des nombreux « transportés », à La Rochelle d’abord, puis au bagne de l’Île de Ré d’où La Loire, un navire spécialement aménagé, le conduit en Guyane au milieu de plusieurs centaines d’autres bagnards. Sur place, dans le « camp de la transportation », Blazy va connaître le sort terrible des transportés de la « troisième catégorie », la pire, où s’additionnent le travail forcé, les carences alimentaires, une hygiène sommaire, des querelles sanglantes entre prisonniers, des sanctions impitoyables … Un enfer dont Jean-Louis Conte nous retrace, sans rien omettre, la topographie et nous livre les anecdotes les plus marquantes. Le martyre de notre compatriote s’achève le 3 janvier 1938 avec un décès par arrêt cardiaque attribué à la « faiblesse » du détenu…

Nous remercions le conférencier pour l’étendue de ses connaissances et la pédagogie de son propos car, on s’en doute, la conférence a été prolongée par de nombreuses questions dont un échange fort intéressant avec notre sociétaire Didier Rigal qui, dans le cadre de son métier, rentrait justement d’un chantier de fouilles archéologiques sur place.

SÉANCE DU 5 OCTOBRE 2017[1]

Présidence : M. Foissac

 

Ouvrages et articles reçus ou acquis

 

  • Nicolas Savy, La Ville fortifiée de la guerre de Cent Ans v. 1345- v. 1395. Armement et tactique. Agenais, Périgord, Bas-Limousin, Haute-Auvergne, Quercy-Rouergue, Albigeois, Pradines, éd. Archéodrom, 2017.
  • Jean-Pierre Lagasquie, Les Dolmens du Quercy, trois millénaires d’histoire religieuse, Capdenac, éd. Finangraphic, 2017, 135 p. (accompagné du DVD « Chroniques d’une fouille », dolmen des Aguals à la Combe de l’Ours, communes de Gréalou-Montbrun), don de l'auteur.
  • Philippe-Jean Catinchi, « Pierre Laborie, historien », nécrologie de Pierre Laborie (Bagnac-sur-Célé 1936 - Cahors 2017), article paru dans Le Monde, 21-22 mai 2017. BQYO 2030.
  • Jean-Louis Crassac, « L’historien Pierre Laborie tire sa révérence », article paru dans La Vie Quercynoise du 25 mai 2017, accompagné de la nécrologie de Claude Maire, 74 ans, président du « Carrefour des sciences et des arts ». BQYO 2031.
  • Serge Austruy, Claude Lufeaux, L’Aérodrome de Cahors-Labéraudie, 1931-1970, Arcambal, Édicausse, 2017, 158 p., don de Gilles Chevriau.
  • André Carrières, Jeanine Seval, Montcuq-en-Quercy-Blanc : recueil de témoignages sur la Résistance en Quercy-Blanc durant l’Occupation 39-45, 2017, 50 p. BQYO 2031.
  • Clément Cagnac, « Les évêques de Cahors au xiiiesiècle », Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, t. 138, 2016, p. 85 à 110.
  • Gilles Delluc, avec la participation de Brigitte Delluc, « Le cinéaste Louis Delluc (1890-1924), homme de lettres oublié », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXLIV, 2017, p. 207 à 216.
  • Anne Verdet, « Les paysans du Lot sous l’Occupation : un engagement sous-estimé », Figures paysannes en France : mythes, regards et sociétés, tome 2, Nérac, éd. D’Albret, collection « Terres de mémoire », n° 5, 2012.
  • Jean-Claude Bonnemère, « Les dolmens : ces marqueurs de l’histoire, broyés au concasseur. J.-P. Lagasquie lance un appel...»La Vie quercynoise du jeudi 8 juin 2017, (article sur la communication SEL de juin 2017).
  • Léopold Picot, « La guerre de 1914 au collège Gambetta » par le club d’histoire des élèves de MM. Rouet et Foissac, La Vie quercynoise du jeudi 8 juin 2017.
  • « Exposition au musée : Uxellodunum, la dernière bataille de la guerre des Gaules », La Vie quercynoise du jeudi 22 juin 2017.
  • Bernard Loupias, Croix dite de Templiers à Lacapelle-Balaguier, dossier double avec photos, 2017.
  • François Sacco et Éric Robert, L’Origine des représentations, regards croisés sur l’art préhistorique, articles de Michel Lorblanchet, Brigitte et Gilles Delluc, Paris, éd. Ithaque, 2016.
  • Anne Verdet, « La mixité dans la cour de récréation, un long cheminement », tiré à part de La Cour de récréation (dir. Caroline Barrera), Portet-sur-Garonne, éd. Midi-pyrénéennes, 2016, 144 p., don de l’auteur (accompagné d’une lettre de l’inspecteur d’académie du Lot au préfet du département communiquée par l’auteur).
  • Ferdinand Pressouyre, « Un chevalier du château de Saint-Céré et ses droits seigneuriaux au 3equart du xiie siècle », Bulletin de l’Association des Amis du Pays de Saint-Céré, n° 67, juin 2017, 20 p. (Communication faite au 102e Congrès national des Sociétés savantes, Limoges, 1977.)
  • Edmond Albe, « Monographie de la paroisse de Bannes », transcription de Guy Castéran, Bulletin de l’Association des Amis du Pays de Saint-Céré, n° 67, juin 2017, p. 23 à 27.
  • Roy W. Brown, Secrets d’un château, Béduer, Association d’art et d’études du Lot, 2017, 64 p.
  • Bruno Riondel, Maurice Faure, un artisan de la construction européenne, thèse sous la direction de Robert Frank. Soutenue en 1998 à Paris-1, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, « Thèses à la carte », non daté, 500 p.
  • Collectif, Lherm, xvesiècle, âge d’or des moulines, Lherm, éd. Association pour la Rénovation et la Protection du Patrimoine, non daté, 10 p.
  • Patrice Foissac, « Cahors au Siècle d’Or quercinois », Cahiers de la belle vallée du Lot, n° 7, juillet 2017.
  • Philippe Loiseleur des Longchamps, Chronique de Payrac du Moyen Âge au xixesiècle, Cahors, Publi-Fusion, 1997, 130 p.
  • Michel Magot et Jean Blanc, Sabadel, 1789-1989, des Sabadélois qui ont marqué leur époque, vol. 2, conception et réalisation Michel Magot, 2016, 12 p.
  • Catherine Lenglet : « Les Limayrac de Caussade : Jean Limayrac (1786-1848) et ses fils dont Paulin Limayrac, préfet du Lot » (p. 17 à 23), extrait de « Les Amis du Vieux-Caussade et de son Pays », n°s51-52, Éd. AVCP, 2017.
  • Jules Cubaynes : « Camins de guèrra », 1914-1919, normalisation, traduction et préface de Roger Lassaque, ouvrage bilingue, éd. Institut des études occitanes d’Olt, Saint-Martin-le-Redon, 2017, 365 p.
  • Clément Cagnac, « Le Chapitre cathédral de Cahors (1200-1360) », Mémoire de recherche de Master 2 en Histoire médiévale soutenu en juin 2017 à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Limoges, sous la direction d'Anne Massoni, 300 p.
  • « Recueil de copies de lettres, déclarations de police du 7 août 1918 au 1ermars 1919, enquêtes, plaintes... rédigées par Raoul Caillou, officier de police ».
  • Liste des ouvrages du Fonds Gary déposés à la bibliothèque patrimoniale municipale de Cahors, 2017, 79 p.
  • « Fonds Pierre Gary (sous-série 23 J, s.d.-1945) aux Archives départementales du Lot », communiqué par M. Étienne d'Alençon.
  • « Photo de la construction du monument à Clément Marot en 1892 », collection et don de Jean-Michel Rivière.

Communications

« BERNARD DUMAS, DE TAURIAC (1665-1726), MOUSQUETAIRE DU ROI » (Françoise-Albertine Mas)

C’est une histoire particulière, une « généalogie contée » que madame Mas a choisi de nous présenter ce soir après douze années de recherches dans le Lot et à Paris, aidée par un ami de Bilhac, Roger Martinez. Cette recherche n’a pas pour origine la reconstitution d’une généalogie personnelle mais une curiosité motivée par la découverte des lieux où vécut notre mousquetaire. Il s’y trouve encore un ensemble de caractère dont l’histoire était ignorée des locaux et qui a stimulé sa curiosité. De la famille qui l’a édifié et habité, elle a pu reconstituer trois histoires sur trois siècles et en trois lieux : celle d’un abbé, Bernard Chapou, au XVIe siècle, celle du mousquetaire gris, Bernard Dumas, et celle d’un écuyer du roi vivant au XVIIIe siècle. Heureuse coïncidence, les trois lieux entre Carennac et Bretenoux – Chapou, Tauriac et Puybrun – sont au cœur de notre sortie d’automne quelques jours plus tard. Bernard Dumas, « sieur de Chapou », fils de maître Pierre Dumas, notaire à Bretenoux, paroisse de Tauriac, sera donc le protagoniste de la communication. La conférencière débute son exposé par la vie militaire du mousquetaire, la documentation utilisée ayant été conservée aux archives militaires du fort de Vincennes. Elle y a découvert que sa carrière avait débuté à 12 ans comme page dans une Compagnie du roi. Le jeune homme rejoint ensuite le corps prestigieux des Mousquetaires gris (leur nom vient de la robe du cheval), héritier des Mousquetaires du cardinal Mazarin, unité réservée aux gentilshommes. Il  participe avec eux à toutes les guerres du règne de Louis XIV : guerre de Hollande, guerre de la Ligue d’Augsbourg où il est fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis, guerre de Succession d’Espagne où, à 43 ans il reçoit une grave blessure alors qu’il était maréchal des logis et trésorier-payeur de sa compagnie. En 1721, il est déclaré inapte et mis à la retraite, avec 1 200 livres de pension dont pourront jouir, par privilège spécial, sa veuve et ses enfants. Retiré à Chapou, sur ses terres, il s’y éteint en 1727. Les mêmes patientes recherches ont permis de reconstituer sa vie parisienne. C’est en effet à Paris, où est caserné son régiment, qu’il fait, à 32 ans, un très beau mariage avec une héritière de la riche et influente famille Porlier, en présence, fait notable, de l’évêque de Cahors, monseigneur Henri de Briqueville de La Luzerne, et d’une pléiade de personnages considérables. Notre mousquetaire aura de ce mariage quatre enfants qui vont vivre avec leur mère à Paris où, par miracle, nos enquêteurs ont pu localiser et retrouver la maison familiale. Après sa disparition à Chapou, sa veuve et ses enfants (un de ses fils obtient une charge au régiment Royal-Piémont) vont s’établir à Saint-Céré où s’achève le second volet d’une histoire familiale dont nous ne pouvons hélas retracer ici toutes les péripéties et les parentés. Nous renvoyons donc au bulletin de nos amis de l’Arhfa qui ont, généalogie oblige, publié la plus grande partie de cette remarquable enquête prosopographique.

 

SÉANCE DU 1er JUIN 2017[1]                                                  

                                                 Présidence : M. Baux

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • Anne Verdet, « Paysans et Occupation : l'exemple du Lot », Le Patriote résistant, n° 915, janvier 2017, 1 p.,
  • Anne Verdet, Les paysans du Lot sous l'Occupation : un engagement sous-estimé, date de parution inconnue, 15 p.,
  • Anne Verdet, « Mémoire de la guerre : poil de carotte, réflexion pédagogique », Historiens et Géographes, 11- 2016, éd. APHG, 3 p.,
  • Anne Verdet, « Définir le non-consentement en classe de terminale, réflexion pédagogique à partir de l'ouvrage de Pierre Laborie Le chagrin et le venin», Historiens et Géographes, 09-2016, éd. APHG, 1 p.,
  • Bertaux Pierre, Libération de Toulouse et de sa région (photos Yan-Dieuzaide), Paris, Firmin-Didot/Hachette, 1973, collection « La libération de la France » dirigée par Henri Michel 270 p.,

 

  • Jean-Louis  Rougié, Sur les chemins : Saint-Jacques, Rocamadour, l'eau, la vie, de l'ombre à la lumière, Cahors, imp. Publi-fusion, 2006, 45 p., BQYD464 [don de Gilles Chevriau].
  • Annie Pélissié, J'étais visiteuse de prison. 1996-2003, préface et illustration de couverture par Christian Verdun, Arcambal, Édicausse, 2016, 46 p., D370 [don de Gilles Chevriau. Gilles Chevriau a aussi offert : « Boulevard Gambetta, Cahors-Paris et retour » de Marc Baldy ainsi que le livret consacré à la collégiale de Montpezat-de-Quercy par Emmanuel Moureau ; l'ouvrage d'Edmond Massaud : « Du levain pour demain », enfin « Lacave, plus d'un siècle d'histoire » de Jean-Claude Mazot. Ouvrages déjà référencés]
  • Cécile Gutzwiller, 28, rue Monceau, Hôtel Murat. Impressions de Cécile Murat fille du prince Jérôme et de Nicole née de l'Espée, Paris, éd. Desgrandchamps, 2017, 220 p.,
  • Gilles Cluzet et Francesco Testa, Cahors demain, repenser la ville...pour repenser la vie, Publi-Fusion, Cahors, 2006, 63 p.,
  • « Inauguration du monument-tombeau du sergent Lavayssière, Castelfranc le 3-10-2015 », QYD369 [DVD offert par M. Hervé Thiébaut].

Communications

« L'aérodrome de Cahors-Labéraudie, 1931-1970 » (Serge Austruy et Gilles Chevriau)

[1] Présents : Mmes Azaïs, Brasilier, Dreyfus-Armand, Foissac, Gennero, Graffouillère, Gros, Lagarrigue, Lancelin, Lherm, Picard, Portal, Serin ; Mlles Brun, Cavaroc, Denjean, Laur ; MM. Audoin, Austruy, Auvray, Azaïs, Baux, Bonnemère, de Chalain, Cuandé, Deladerrière, Delmon, Denjean, Dietsch, Gros, Guyard, Hinderer, Lacam, Luc Lagasquie, Portal, Royère, Serin, Vertut.

                                              

SÉANCE DU 4 MAI 2017[1]                                                  

                                                Présidence : M. Baux

 

Nouvelles adhésions

 

  • Émile Chafer, de Brax (31).

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • Journal Officiel de l'Etat français, 74année, n° 79 à 103, avril 1942, BO2019 [don Serin]
  • Général Pierre Keller, « Un grand soldat de la Renaissance, Galiot de Genouillac, Grand-maître de l'artillerie de France»conférence donnée le 18 novembre 1960 à la Société des Etudes historiques (Paris), Saint-Céré, éd. J. Vertuel, 1968, 21 p.,
  • Jean Louis Burc, Kenneth White : « Figures du fleuve », poésies illustrées de très belles photographies du fleuve Lot, Pessac, éd. « La part des Anges », 1999, éd. bilingue, collection « Regards croisés », 12 p.,

 

  • Pau Froment, A travers Regas, Villeneuve d'Olt, éd. « Ceucle Occitan », 1972, 49 p.,
  • « Écrit par un prêtre des missions », Le disciple de Jésus ou vie du vénérable Perboyre suivi d'une notice biographique sur le vénérable Clet, Paris, éd. Adrien le Clère, 1853, 576 p., D368
  • Valérie Foucher-Dufoix, Stéphane Dufoix, « D'une mondialisation oubliée. Les postérités ambiguës de Cahors Mundi.», in Ethnologie française, t. XLVI, 2016-3, Paris, PUF, 2016, p. 537-552,
  • Pierre Jouitou, «  Généalogie des Delord de Pechfumat », Moi, géné... ?!, n° 101, mars 2017, bulletin ARHFa, p. 73 à 93.

 

  • Alfred Roumiguières, « Un instituteur tarnais dans la guerre 1914-1918 », extraits des carnets et de la correspondance d'Alfred Roumiguières choisis et présentés par François Pioche, Castres, Société culturelle du pays castrais, 2013, 210 p.,
  • Robert Solé,  « Champollion en Egypte, le voyage d'une vie», Histoire et civilisations n°28, mai 2017, p. 20-31.
  • « Caves et sarments, histoire et patrimoine du vin en pays cadurcien », exposition et livret touristique présentés par le Master patrimoine de Cahors du 26 avril au 10 juillet 207, BQYO 2021.
  • Gilbert-Robert Delahaye, « Signes et communication dans les civilisations sans paroles : la dalle gravée de Teyssieu (Lot), support d'une communication sans écriture », Comité des travaux historiques et scientifiques, dir. Olivier Buchsenschutz, Christian Jeunesse, Claude Mordant et Denis Vialou, 139e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014, éd. du CTHS, 2016, BQYO 2022.

Communications

« LES DOLMENS DU QUERCY, TROIS MILLÉNAIRES D’HISTOIRE RELIGIEUSE» (Jean-Pierre Lagasquie)

Jean-Pierre Lagasquie est l’un des préhistoriens quercinois les plus connus mais bien peu de nos compatriotes, même assidus aux séances et lecteurs attentifs du BSEL, connaissent sa thèse jusque-là inédite. C’est à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage xxxxxxxxxxxxxxx qu’il nous a semblé indispensable de l’inviter à présenter ce travail de synthèse. Le conférencier nous rappelle que depuis longtemps les nombreux dolmens du Quercy ont fait l’objet d’une curiosité à la fois profane et scientifique. Dans l’ouvrage issu de cette thèse et de nombreuses recherches complémentaires, il a voulu, pour un large public, rassembler les connaissances actuelles sur ces monuments. Son éditeur, Jean Martzloff, a su réaliser une mise en page de qualité et le choix d’accompagner cet ouvrage d’un DVD, alliance du texte et du film dans le même livre, rend l’ensemble plus vivant et didactique. Jacques Tournebize, le cinéaste, à partir du travail de terrain de la société Co-Média sur le dolmen des Aguals a réalisé un montage, Il rend bien l’ambiance d’un chantier de fouille archéologique. Ces images remarquables de l’avis de tous ont passionné nos sociétaires qui, en outre, ont pu bénéficier des commentaires éclairés de Jean-Pierre Lagasquie. Cette synthèse n’a que la prétention de donner l’état des connaissances à ce jour. Celles-ci ont, largement, besoin d’être complétées par les futures recherches qui se dessineront dans l’avenir.

[1] Présents : Mmes Brasilier, Delsahut, Gros, Lagarrigue, Mariotto ; Mlles Brun, Cavaroc, Denjean ; MM. Andral, Andrisse, Audoin, Austruy, Auvray, Baux, de Chalain, Chevriau, Dausse, Deladerrière, Denjean, Dietsch, Gros, Lagasquie, Mailhol, Orliac, Frédéric Rivière, Jean-Michel Rivière, Savy, Serin, Vincent.  

 

SÉANCE DU 6 AVRIL 2017[1]                                                  

                                                   Présidence : M. Baux

 

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Voyage dans l'île des plaisirs, fables et histoires édifiantes, Paris, Gallimard, 2015, édition établie et annotée par Jacques Le Brun, collection folio-sagesses, 100 p.,  

 

  • Isabelle Poujol, « À la rencontre de Léon Weissberg », Les Cahiers de la Belle vallée du Lot, 2017, 89 p.,

 

  • Pierre Poujol, Un hôtel à Entraygues, la maison Andrieu, éd. Amis de la Belle vallée, éditrice des Cahiers de la Belle vallée du Lot, 2016, 47 p.,

 

  • Pierre de Fermat, l'énigmatique, Marielle Mouranche, université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, Portet-sur-Garonne, éd. Midi-Pyrénéennes, 2017, 125 p., O651.
  • « Répertoire de trois fonds relatifs à Alain de Solminihac (1593- 1659), comte-évêque de Cahors et abbé de Chancelade », Cahors, Direction des archives départementales du Lot, 2016, 108 p, BQYO2018 [Classement des archives ecclésiastiques remises par l'abbé Félix Rausières en avril 2015, présentation du contenu divisé en trois fonds de l'Evêché, fonds des chanoines réguliers de Cahors, fonds des archives diocésaines (procès en canonisation, notes du chanoine Albe, etc.)].
  • Gabriel Feyret, « Tzous l'cèl dé moun poïs», fables et poèmes occitans en dialecte quercynois, Paris, Société d'édition de la Revue française, 196 ?,100 p.,
  • Collectif, « Les merveilles de Lascaux, du chef-d'oeuvre à la réplique intégrale », hors-série du quotidien « Le Monde », Paris, éd. Journal Le Monde, 2017, 97 p.
  • Collection de la revue « Quercy », n° 1 à 15 (manque le n° 9) de décembre 1941 à octobre-novembre 1943 et n° 3 janvier 1945, Cahors, imp. Coueslant, 40 p., O652 [Don de Mme Bouzerand]

          

Communications

« » (Michel Auvray)

[1] Présents : Mmes Andral, Azaïs, Crabol, Deladerrière, Dreyfus-Armand, Foissac, Gibert, Jooris, Lagarrigue, Lherm, Serin, Siméone, Verdet ; Mlles Bach, Cavaroc, Denjean, Girardi, ; MM. Andral, Audoin, Austruy, Auvray, Azaïs, Baux, Chevriau, Crabol, Deladerrière, Guillaume Dreyfus, Jacques Dreyfus, Louis Dreyfus, Gelis, Gibert, Hinderer, Lecuru, Rausières, Réveillac, Roques, Schmitter, Serin, Valette, Vertut.

                                             

 SÉANCE DU 2 MARS 2017[1]                                                  

                                                 Présidence : M. Foissac

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • - Général Joachim Ambert, Gaulois et Germains. Récits militaires, t. I L'invasion 1870, t. II Après Sedan 1870-1871, t. III La Loire et l'Est 1870-1871, t. IV Le siège de Paris 1870-1871, Paris, éd. Bloud et Barral, 1884-1885, 500 p. ; O 645 à O 648.
  • Jean Lurçat, Pierre Betz, autour d'une amitié lotoise, dépliant de l'atelier-musée Jean Lurçat, Cahors, éd. Conseil général du Lot, 2007, 6 p. ; BQYO 2015.
  • Cahors, les chantiers 2016, Anaïs Charrier, Ville de Cahors, direction du Patrimoine, plaquette, 2017, 8 p. ; BQYO 2017.
  • Souvenir de la guerre de 1914 à Gramat, recueil de paroles de chansons  manuscrites, 66 pages, numérisé ; BQYO 2014.

Communications

« LA CONSTRUCTION DU VIGNOBLE CONTEMPORAIN DU CAHORS » (étudiants de la classe du Master Patrimoine de Cahors, 2e année)

Cette année, les étudiants de 2e année du Master vont exposer durant l’été 2017 le fruit de leurs recherches sur le patrimoine viticole du vignoble de l’appellation cahors. Cette enquête dans quelques cantons de la basse vallée du Lot a été fortement sollicitée pour s’intégrer dans une recherche plus large sur un vignoble somme toute méconnu car n’ayant fait l’objet que d’études fragmentaires. Leur travail s’est donc concentré sur l’architecture et l’histoire contemporaines grâce à des enquêtes de terrain directement menées auprès des viticulteurs qui ont bien voulu leur ouvrir leurs portes. Leur exposé à trois voix s’attache tout d’abord à restituer les grandes lignes de l’histoire chaotique du vin de Cahors depuis les origines pour s’attarder sur l’époque contemporaine, en particulier le XIXsiècle qui a été l’âge d’or du vignoble au point qu’on a pu parler à son propos de « folie du vin ». Les étudiants caractérisent rapidement la structure des exploitations, familiale et majoritairement de petite taille, pour montrer, images à l’appui (la plupart puisées dans le fonds du docteur Cayla), que la prospérité permet alors de compléter la traditionnelle « cave » de la maison d’habitation (en fait un rez-de-chaussée, le premier étage étant habité) avec des bâtiments annexes dédiés à la viticulture : chais, logements des ouvriers agricoles, cabanes… Mais la monoculture de la vigne ne concerne qu’une minorité d’exploitations ; beaucoup maintiennent la polyculture traditionnelle, l’élevage ovin et n’étendent leur vignoble qu’en fonction de la demande comme le faisaient déjà leurs aïeux aux XVIIe et XVIIIe siècles (on se souvient des réticences et hésitations de Benoît Célarié, le « bourgeois de Bégoux »). La destruction du vignoble par le phylloxéra ne fait pas disparaître les bâtiments qui lui étaient consacrés, ils sont reconvertis et complétés par les séchoirs à tabac, cette culture venant sauver nombre de viticulteurs en passe d’être ruinés par le fléau. La reconstruction contemporaine, entamée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est véritablement lancée avec l’obtention de l’AOC en 1971. Les exploitations reconvertissent une nouvelle fois l’existant avec une innovation : la construction de cuves en bétons bientôt complétées par les cuves en inox. C’est surtout la mécanisation complète de l’activité qui exige un espace supplémentaire. La vente directe à la propriété amène aussi les viticulteurs à se soucier de l’esthétique des locaux et soulève un intérêt renouvelé pour la valorisation des traces les plus anciennes de l’activité viticole. Pouvoir montrer au visiteur l’existence d’une tradition pluriséculaire et un patrimoine bâti de qualité entre désormais dans la stratégie « marketing » des exploitations ! Nous remercions une fois de plus les étudiants pour nous avoir offert ce dynamique compte-rendu et, bien sûr, nous ne manquerons pas de relayer auprès de nos adhérents les dates et conditions de visite de cette exposition.

[1] Présents : Mmes Bouat, d’Alençon, Foissac, Gibert, Graffouillère, Pendino, Serin ; Mlles Brun, Cadier, Campagne, Cavaroc, Caverzan, Denjean, Doudoux, Forgues, Garnier, Hurst, Legal ; MM. Audoin, Austruy, Auvray, Baux, Besançon, Bouat, Bounoua, Brugnera, Conte, d’Alençon, Deladerrière, Delmon, Denjean, Dietsch, Foissac, Gibert, Kurzawinski, Lagaly, Lecuru, Marin, Réveillac, Jean-Michel Rivière, Royère, Serin, Stambouli.

SÉANCE DU 2 FÉVRIER 2017[1]                                                  

                                                Présidence : M. Foissac

 

Nouvelles adhésions

  • - Maëlle Jauberthie, de Cours.

Ouvrages et articles reçus ou acquis

  • - Robert Roques (préface de Pierre Laborie), De Georges à Annette, correspondance de guerre, Cahors, éd. auteur, 2016, 99 p. ; don de l'auteur ; D 362.
  • - Isabelle Clouet, 1944 : les déportations à Figeac, recueil, Villefranche-de-Rouergue éd. Grapho 12, 2016, 71 p. ; don de l'auteur ; D 363.
  • - Laurent Carrière, Histoire du cloître de la Sainte-Famille de Figeac. Une communauté religieuse enseignante et caritative aux XIXe et XXe siècles, Figeac, éd. Laurent Carrière,  2016, 120 p. ; O 644 (ouvrage dédicacé à la Société par l'auteur).
  • Pays pyrénéens et environnement, Actes du 62e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées et du 150e anniversaire de la Société Ramond (1865-2015), Bagnères-de-Bigorre, éd. Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez, 2016, 532 p. 
  • - Amicale des anciens élèves du lycée et du collège Gambetta, Autour de Léon Gambetta (1838-1882), Catalogue de l'exposition à l'occasion des Journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 au collège Gambetta de Cahors, conçu par Danièle Mariotto et mis en page par Jean-Michel Rivière, Cahors, 2016, 20 p. ; don de l’Amicale ; BQYO 2011.
  • - Didier Rigal, « Le site gallo-romain du camp de la Peyre à Lavaurette, Tarn-et-Garonne », Bulletin de la Société archéologique. et historique du Tarn-et-Garonne, t. CXL, 2015, p. 43-66.
  • - Jean le Pottier, «  In memoriam Maurice Greslé-Bouignol (1920-2014) », Bulletin de la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres du Tarn, t. LXVII, Albi, 2014, p. 296-319 ; BQYO 2010.
  • - Jean-Pierre Lassalle, « La parfaite Union à l'Orient de Cahors », Cahiers d'Occitanie, n°20, février 1995 ; BQYO 2009.
  • - « Le Grand Saint-Sernin, un vrai projet pour Toulouse et la région Occitanie », Société Archéologique du Midi de la France, Toulouse, 2016, 28 p. ; BQYO 2012.
  • - « Cahors-Bologne, du lien médiéval à la citoyenneté européenne », brochure sur le partenariat Comenius regio, Cahors, éd. mairie de Cahors avec le soutien de la Commission européenne, Cahors, 2016, 8 p. ; BQYO 2013.
  • - « Le maréchal Bessières, Bayard de la Grande Armée », revue Napoléon Ier, hors-série n° 25, 2017, 82 p. ; BQYO 2016.

Communications

« STO : LE TROU DE MÉMOIRE » (Robert Roques)

C’est devant une salle archi-comble que notre sociétaire Robert Roques est venu rendre compte d’une histoire familiale, celle de la réquisition de son père, Georges, par le STO, le Service du Travail Obligatoire. Déporté en Allemagne, il entame alors une correspondance journalière avec Annette, sa fiancée. À partir de ce matériau brut et intime, Robert Roques, encouragé par Pierre Laborie, a eu l’intelligence et le courage – longtemps le STO a eu mauvaise presse – de publier un ouvrage, Georges et Annette, dont Étienne Baux a bien voulu rendre compte dans ce même Bulletin. Nous invitons bien sûr nos lecteurs à s’y reporter pour simplement souligner combien, à l’issue de la communication, les échanges ont été nombreux. Le livre de Robert Roques, non diffusé en librairie, est disponible à la vente au siège de la Société.

[1] Présents : Mmes Azaïs, Delsahut, Foissac, Grafouillère, Hillairet, Lagarrigue, Lancelin, Lherm, Pendino, Picard, Roques, Royère, Serin ; Mlles Cavaroc, Denjean, Garnier, Laur, Villes ; MM. Andral, Austruy, Auvray, Azaïs, Baux, Bonnemère, Conte, Deladerrière, Denjean, Dietsch, Ferriz, Foissac, Germain, Hillairet, Linon, Maratuech,  Pons, Réveillac, Frédéric Rivière, Jean-Michel Rivière, Roques, Royère, Savy, Serin, Vertut, Vincent.

                                         

  SÉANCE DU 5 JANVIER 2017[1]                                                  

                                                   Présidence : M. Foissac

 

Ouvrages et articles reçus ou acquis

- Jean Héreil, Sauliac-sur-Célé, la vie paroissiale, de la Révolution aux années 2000, Cambes, éd. A+B, 2016, 221 p. ; F 247.

- Pierre Garrigou-Grandchamp et al.Léo Drouyn dans le Midi languedocien. Léo Drouyn, les albums de dessins, vol. 21, St-Quentin-de-Baron, éd. de l'Entre-deux-Mers, 2016, 247 p. ; F 246.

- « Autour des collections », La lettre des musées de la ville de Figeac, n°4, 2015, 7 p. ; BD 462

- Frédéric Rousseau, La guerre censurée, une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999, coll. XXe siècle, 416 p. ; rééd. 2014, 496 p. ; D 360.

- Benjamin Philip, photos de Laurent Delfraissy, « Figeacois, une fierté retrouvée », Le patrimoine d’Occitanie, n°47, hiver 2016, p. 57 à 59.

Anne-Marie Pêcheur, Sandra Poignant et Marie Poux « Ségala, Causses et Limargue, au fil de la rivière Dordogne », ibidem, p. 69 à 75.

- Anaïs Charrier, « L'église de Saint-Pierre-Toirac : un édifice de la fin du XIIe siècle », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 109-136.

- Jean-Louis Rebière, « Le tombeau des corps saints de Saint-Denis : une réplique à la cathédrale de Cahors », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, t. LXXIII, 2013, p. 289-294.

- Registre de reçus de sommes diverses, baux à loyers, divers (livre de raison d’un bourgeois de Cahors1848-1870),140 p., don de Patrice Foissac ; MS 270.

          

Communications

« LES CHEMINS DE COMPOSTELLE EN QUERCY : MYTHE OU RÉALITÉ ? » (Patrice Foissac)

Le patrimoine de notre département compte depuis plus d’une trentaine d’années un tronçon des fameux « Chemins de Compostelle » qui lui a valu à ce titre le classement de plusieurs monuments, dont le pont Valentré, au « Patrimoine mondial de l’Humanité » par l’UNESCO. Longtemps, la réalité médiévale de ces chemins n’a fait aucun doute et les marcheurs et pèlerins étaient persuadés d’emprunter des itinéraires millénaires, tracés pour leurs prédécesseurs et jalonnés de haltes qui leur étaient destinées. Les historiens, quelque peu dépassés par le succès du phénomène, se devaient de les retrouver. Dans un curieux processus, à rebours des méthodes scientifiques où la découverte précède la publication, nombre d’entre eux se sont mis en quête des preuves de l’existence de ces chemins, preuves qui n’attendaient que leurs patientes investigations. Mais au cours de ces enquêtes dans les sources médiévales et modernes, la plupart d’entre eux ont dû progressivement en rabattre : la trace régionale et locale d’un ou même plusieurs itinéraires particuliers fait largement défaut et force est de constater que le voyage vers Compostelle est toujours resté très marginal face aux pèlerinages locaux. Cette communication n’a pas l’intention de remettre en cause la faveur actuelle des « Chemins de Saint-Jacques » et les motivations des pèlerins et marcheurs mais de rétablir la vérité des textes et de déconstruire un mythe. L’article publié dans ce Bulletin fera le point de l’état de la recherche régionale et locale ; on y trouvera les justifications de cette démarche

[1] Présents : Mmes Azaïs, Deladerrière, Delsahut, Dreyfus-Armand, Foissac, Hillairet, Lagarrigue, Lancelin, Mariotto, Patelli, Pendino, Serin ; Mlles Alaux, Cavaroc, Denjean, Guerret, Villes ; MM. Andlauer, Audoin, Austruy, Auvray, Azaïs, Bonnemère, Brugnera, Carriol, Dargegen, Dausse, Deladerrière, Denjean, Dietsch, Foissac, Hillairet, Hinderer, Mailhol, Piécourt, Roques, Royère, Serin, Vertut.


Lu 11080 fois

Éléments similaires (par tag)

Nous sommes ici...