PV des séances

       

PV des séances de la Société

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Index

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE 2019

(jeudi 5 décembre)

À 19 h 35, l’Assemblée générale ordinaire 2019 est déclarée ouverte et le quorum électoral atteint.

Patrice Foissac, président, présente le rapport moral de l’année écoulée :

«  Le bilan de nos activités est régulièrement publié dans notre Bulletin, nous y renvoyons pour les principaux événements dont nos sorties et séances mensuelles. J’insisterai donc sur les activités exceptionnelles. À ce titre, l’année 2019 a vu notre participation aux célébrations du 900e anniversaire de la cathédrale de Cahors avec notre présence au colloque co-organisé par la DRAC et la ville de Cahors et nos publications du Bulletin. Nous avons également activement préparé l’organisation des événements destinés à célébrer, en 2020, le 150e anniversaire de la proclamation de la IIIe République par notre illustre compatriote Léon Gambetta, en collaboration avec d’autres associations, ce qui constitue une avancée particulièrement intéressante. Nous remercions également les donateurs, en particulier la famille de M. Carriol qui nous a remis un riche fonds documentaire (généalogie, travaux publics, géologie). L’ouvrage sur l’histoire du vin de Cahors mené en collaboration avec les universitaires mandatés par l’UIVC est aujourd’hui achevé, nous en sommes à l’étape éditoriale. Il faut enfin, comme l’an passé, se réjouir de l’affluence de visiteurs sur nos sites de l’internet et réseaux sociaux (web, « page Facebook », cette dernière atteignant 851 abonnés à ce jour avec certaines diffusions qui peuvent aller jusqu’à 2 000 vues, et « compte Twitter ») ainsi que celle des auditeurs lors des séances mensuelles pour lesquelles nous continuons à accueillir régulièrement une quarantaine de personnes, allant parfois jusqu’à faire salle comble. Je remercie donc chaleureusement tous ceux qui participent régulièrement ou même occasionnellement aux activités de la SEL, à commencer par notre Bureau et nos administrateurs, et qui contribuent à renforcer l’utilité publique de notre association.

L’année précédente, nous invitions chaque sociétaire à proposer des adhésions à son entourage ou à ses connaissances pour compenser les départs et les inévitables disparitions. Cet appel a été entendu car nous avons enregistré à ce jour  près de 40 nouvelles adhésions alors que ce nombre était de 19 en 2018. Ne relâchons pas ce bel effort de recrutement pour effacer l’érosion que subissent toutes les sociétés savantes et assurer le plus large lectorat possible à notre Bulletin.
Signalons enfin l’incertitude qui pèse sur l’organisation de nos locaux de l’archidiaconé, plus que sur notre présence elle-même, la DRAC cherchant à valoriser l’ensemble cathédral pour en faire un pôle culturel dans lequel nous avons toute notre place mais qui peut l’obliger à réaménager cet espace. »

Alain Gérard, trésorier, présente ensuite le bilan financier de la dernière année clôturée, 2018.

Discussion

La discussion sur ces rapports est déclarée ouverte. Alain Gérard donne l’explication du léger déficit d’exercice par le coût des travaux d’installation de nouvelles bibliothèques. Le CA de la Société a proposé dans sa dernière séance de relever de 1 euro le tarif des abonnements en raison de l’augmentation des tarifs d’expédition du Bulletin et soumet cette proposition au vote de l’Assemblée générale. Le CA demande en outre à l’Assemblée générale de bien vouloir autoriser son président, M. Foissac, et ses trésoriers (MM. Gérard, titulaire, et Serin, adjoint) à solliciter de la Banque postale l’accès à la consultation et à la gestion de nos comptes en ligne. Comme pour chaque exercice budgétaire, MM. Gérard et Foissac précisent que des réserves financières importantes nous sont indispensables tant que nous sommes locataires à titre précaire mais aussi, puisque cela se précise, pour couvrir un déménagement et particulièrement en prévision de la réaffectation des locaux de l’ensemble cathédral voulue par l’État sous l’égide de la DRAC.

 L’Assemblée générale approuve à l’unanimité les rapports moral et financier. Elle accepte l’augmentation de l’abonnement  de 1 € et autorise MM. Foissac, Gérard et Serin à procéder à l’ouverture d’un accès à la consultation en ligne de la Banque postale et à assurer la gestion de nos comptes sur ce site.

Élections au Conseil d’administration

Nous enregistrons avec plaisir une candidature sur le seul poste d’administrateur à pourvoir lors de cette AG, celle de M. Marc Lagaly, professeur d’occitan, Majoral du félibrige dont la candidature, sollicitée par le CA, vient heureusement combler une lacune en la matière, la Société étant très attachée à la préservation de notre langue régionale et des parutions en occitan.

L’Assemblée générale procède à l’élection de Marc Lagaly (élu à l’unanimité des votants).

L’ordre du jour étant épuisé et aucune autre question n’ayant été soulevée par l’Assemblée générale, celle-ci est déclarée close à 20 h 10.

 

SÉANCE DU 5 DÉCEMBRE

Présidence : M. Foissac

Nouveaux membres

- Association « Puy-L’Évêque d’hier à aujourd’hui »

- Dominique Doumenc, de Paris

- Patrick Lascau de Saint-Denis-Lès-Martel

- Alain Merlo, de Cahors

Ouvrages et articles reçus

-NicolasValdeyron, « Occitanie Ouest, regards croisés des chercheurs », Le petit illustré des 80 ans du CNRS, n° 41, 2019 [Petit article de sur l'archéologie avec évocation photographique des fouilles du Cuzoul de Gramat] (BD506)

-Roland Chabbert, Didier Taillefer, « Des parcs naturels au service des territoires », Le Patrimoine n° 57, hiver 2019, p. 38-45 [article illustré par de belles photos du Quercy :lavoir de Bach, puits de Saint-Chels à Marcilhac-sur-Célé, lac d'Aumières à Blars, lac de Saint-Namphase à Caniac-du-Causse, résurgence de la Pescalerie dans la vallée du Célé.]

-Caroline Barrera, Patrick Ferté, « Et si l'université s'était réformée en permanence ? », Le Patrimoine, n° 57, hiver 2019, p. 98-105.

-Colette Imbert, Louis-Émilien Imbert, un résistant lotois, tapuscrit, don de l'auteur remis en son nom à la Société par Étienne Baux, 2019, 59 p. (BO2159)

Communications

« HENRI DE NAVARRE À CAHORS, LES AUTELS ET LA COIFFE : FAITS ET LÉGENDES » (Georges Depeyrot)

Notre nouveau vice-président revient ce soir sur les objets archéologiques qui ont été mis en scène dans la commémoration des « 900 ans », ou supposés tels, de la cathédrale. Sans vouloir s’immiscer dans les questions de foi et de valeur à accorder ou non au culte des reliques, Georges Depeyrot tient à rétablir des vérités historiques, mais surtout archéologiques, autour des objets d’études que sont les autels et la Coiffe.

Son exposé explore plusieurs points importants et, en premier lieu, les récits des contemporains du sac de la ville en 1580 d’où part la plus grande partie du légendaire qui va se constituer autour des objets cités. Les témoins oculaires de la prise de Cahors, simples bourgeois comme les du Pouget, ou acteurs importants comme Henri de Navarre ou Sully, décrivent unanimement, pour le déplorer ou s’en féliciter, un pillage en règle de la ville et de très importantes destructions sans jamais évoquer les autels et la Coiffe. Le conférencier rappelle au passage que les combats ont été assez longtemps circonscrits à la place des Petits-Mazels (ou « Petites boucheries », aujourd’hui de la Libération) par des barricades pour laisser le temps au clergé de la cathédrale d’en retirer les objets précieux, ce qui, mystérieusement, n’a pas été fait. C’est à partir de là et à la faveur de ce flou documentaire que va se construire ce que G. Depeyrot qualifie de « légendaire » avec le récit picaresque du sauvetage de la Coiffe par Dadine d’Hauteserre. Le récit est évidemment entaché d’invraisemblances auxquelles s’ajoute une mise en scène conforme au théâtre d’alors, avec l’intervention du valet zélé et débrouillard qui négocie pour son maître la « récupération » de la Coiffe. C’est le point de départ d’une histoire qui va se figer autour de cette anecdote par les bons soins de Marc Antoine Dominicy, le premier historiographe de la Coiffe, et persiste jusqu’à nos jours.

La disparition des autels est une autre base importante du légendaire puisque l’existence d’un autel de la Sainte-Coiffe dédicacé par le pape Calixte II serait une preuve indiscutable de l’antiquité de la relique. Georges Depeyrot, qui fut l’un des pionniers avec Ferdinand Pressouyre de l’archéologie subaquatique en Quercy, expose les raisons matérielles qui selon lui rendent l’épisode du transfert des autels à Cénevières par le Lot totalement invraisemblable : poids des autels, passelis très difficiles à franchir à la remonte, etc. À cette expédition si difficile à admettre s’ajoute l’épisode non moins picaresque que les précédents de la visite de François de Roaldès et quelques compagnons à Cénevières où ils retrouvent l’autel de la Sainte-Coiffe, parviennent « difficilement » à déchiffrer l’inscription dédicatoire, en font dresser procès-verbal par un notaire, pour finalement ne pas en conserver la moindre trace, hors le relevé de la dédicace jugé totalement fantaisiste par les épigraphistes.

L’humour affiché par Georges Depeyrot tout au long de son exposé est là pour nous permettre de relativiser les supercheries et autres manipulations, qui s’inscrivent dans un consensus où « adorer la contrefaçon », pour reprendre l’expression de Nicolas Sarzeau, ne choque pas particulièrement l’opinion. 

[1] Présents :  Mmes Andral, Azaïs, Dubernat, Foissac, Lafon, Lavernhe, Mariotto, Montaudié, Patelli, Picard, Serin, Tetaud ; Mlles Brun, Cavaroc, Garnier, Mercadier ; MM. Andral,  Austruy, Azaïs, Baux, Chevriau, Cubaynes, Deladerrière, Depeyrot, Foissac Patrice, Foissac Pierre, Gérard, Germain, Joannidis, Kelly, Lafon, Lavernhe, Linon, Lonfranc, Montaudié, Rigal, Roques, Serin, Tetaud.

 

SÉANCE DU 7 NOVEMBRE[1]

Présidence : M. Foissac

 

Décès

-Alain Bouchet

Nouveaux membres

- M. et Mme Yves Aussant, d’Arcambal

Ouvrages et articles reçus

-Jean-Luc Massy, Jean-François Fabriol, Capella de Merlivallo, l'église de l'Assomption-de-la-Sainte Vierge à Lacapelle-Marival, éd. Art et Patrimoine, 2019, 98 p. (BD 505)

-Jean-Luc Massy, Le château de Lacapelle-Marival, une approche archéologique et historique pour une programmation de sa mise en valeur patrimoniale, impr. A+B communication, juillet 2019, 2 tomes, 167 et 194 p., fig. et ill. (F308 et F309)

-Jean-Claude Bonnemère, « Le mural monumental de Pierre Devaux dans un château du XIIe siècle », [château de Laval près de Payrac], La Vie Quercynoise du jeudi 19 septembre 2019 (BO2156)

-Michel Bladou, Histoire du couvent de Rudelle et  de la congrégation religieuse, éd. Art et Patrimoine, juin 2019, 20 p. (BO2157)

-Julia Minguillon, Le Saint Suaire de la Cathédrale de Cahors : révélateur d'identités et enjeux de pouvoir, mémoire de Master 1 sous la direction de Michèle Fournié, Université de Toulouse II-Le Mirail, septembre 2007, 131 p.,  don de l’auteur (F306)

-Sylvette Montal, Le Saint Suaire de passage à Lamothe-Cassel en 1899, bulletin Moi, Géné… !?, n° 111, ARHFa, 2019, p. 68-70

-Anne Marie O'Donovan, Cahors, Renée, John et les Indiens, a saga through France and back to India, 1914-1920, édition  bilingue, mise en page et réalisation de Clara Montaut, 2019, 88 p., don de l'auteur (F310)

-Les rapports entre les religions, dans le Midi, des origines à nos jours, Actes du 63e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées, Castres, 6-7 octobre 2017, dir. Aimé Balsa, Jean Faury, Jean Le Pottier, Bertrand de Viviès, éd. Fédération historique Midi-Pyrénées, 2019, 576 p. (O707)

-Pierre-Henri Billy et Sébastien Nadiras, Les noms de lieux et de personnes en France, guide bibliographique, Centre d'onomastique des Archives nationales, collection Orientations et  méthodes, résultats d'une enquête lancée en 2010 auprès des Archives départementales, édité par le CTHS, 2019, 771 p. (O708)

-Prayssac dans la Grande Guerre 1914-1919, expositions des 14 juillet, 11 novembre 2018 complétées d'illustrations et témoignages, Association Prayssac au fil de l'histoire, 2019, 68 p. (BO2158)

-Jean-Roch Vizy, Histoire de Carlucet, depuis sa renaissance, l'an J.C. 1451 jusqu'à l'an présent 1860, manuscrit inédit de Jean-Roch Vizy publié par l'Association de défense du Patrimoine de Carlucet, 2019, 185 p., don de l'association (D406)

-Gilbert Pons, Cézac pendant la Grande Guerre 1914-1918, préface de Patrice Foissac, The Book Edition, 2019, 119 p. (D407)

-Gilles Chevriau, L'abbé Jean Gauzin, 69 années de sacerdoce au service de tous, Édicausse, 2019, 95 p., don de l'auteur (D408)

Communications

« LE LOT AU LENDEMAIN DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE » (Étienne Baux)

Notre vice-président traite ce soir d’un sujet d’actualité, l’année 1919 dans le Lot. Le centenaire du conflit et les commémorations officielles qui s’achèvent ne sauraient faire oublier les difficiles lendemains de la Grande guerre, y compris dans les départements qui ne furent pas champs de bataille. Étienne Baux aborde successivement les différents aspects de la « sortie de guerre » : démobilisation et retour au foyer des combattants, état d’esprit des Lotois face aux bouleversements démographiques, économiques et sociaux, impact politique du conflit enfin. Le conférencier rappelle tout d’abord que le retour des combattants ne s’est pas fait immédiatement après l’armistice du 11 novembre mais par échelons, avec priorité aux hommes les plus âgés, et qu’il faut attendre le 14 octobre 1919 pour voir enfin publié le décret de démobilisation générale. Cette démobilisation s’accompagne aussi d’une certaine désillusion devant la lenteur du processus, les difficultés administratives, la perte fréquente des effets civils, l’encombrement des transports. Les choses s’améliorent à partir de mars 1919 avec le versement, entre autres mesures, d’une prime de démobilisation. Point d’orgue militaire, le 30 août 1919 le 7e RI défile à Cahors en remontant le boulevard Gambetta après avoir laissé sur les champs de bataille 2 200 morts dont 98 officiers.

Par l’ampleur des pertes militaires, près de 8 000 morts au total, la guerre a fortement accentué le déclin démographique inauguré par la crise phylloxérique. Certes, le département a échappé en grande partie à la grippe espagnole mais c’est une mince consolation et il ne compte plus en 1921 que 176 889 habitants contre 205 769 en 1911 (l’apogée est celui du recensement de 1851 avec 296 224 habitants). Économiquement, la guerre n’a pas vraiment créé de relève industrielle pour une production agricole qui, après la relative embellie des livraisons de guerre, retombe peu à peu dans l’autarcie en dépit des stimulations préfectorales. Mais là encore la guerre n’est que l’accélérateur d’un processus de déprise bien antérieur. La société de l’immédiat après-guerre est d’abord celle du deuil et le culte des morts, du souvenir, devient l’un de ses rares éléments fédérateurs, la rancœur contre les profiteurs de guerre et l’agiotage étant ici comme ailleurs un sentiment fort répandu. Étienne Baux évoque les premières manifestations de ce culte des morts, souvent des regroupements spontanés, le 2 novembre, traditionnel jour des morts, mais précise que l’étape des monuments et de la commémoration du 11 novembre est bien sûr postérieure. Quant à la politique locale, elle voit le retour progressif de la normalité et les premières élections des 16 et 31 mai 1919 assurent le succès d’une « liste de défense agricole et économique » qui voit le retour d’un prince Murat ( !) dans la fameuse « Chambre Bleu horizon ». Le radicalisme lotois paie très provisoirement sa réputation de pacifisme, voire de « défaitisme » suite à « l’affaire Louis-Jean Malvy ». En politique, le seul effet positif du conflit est peut-être l’apaisement de la querelle religieuse en partie dû au ralliement patriotique de l’Église et localement à la personnalité de Mgr Giray, populaire évêque d’origine paysanne

[1] Présents :  Mmes Andral, Arènes, Azaïs, Brasilier, Deladerrière, Delsahut, Foissac, Foulon, Grafouillère, Jaoulane, Marché, Mariotto, Montaudié, Picard ; Mlles Cavaroc, Mercadier, Villes ; MM. Andral, Audoin, Aussant, Austruy, Auvray, Azaïs, Carrère, Chevriau, Conte, de Chalain, Deladerrière, Depeyrot, Dietsch, Foissac, Foulon, Gérard, Joannidis, Kelly, Linon, Lonfranc, Marché, Pons, Frédéric Rivière, Jean-Michel Rivière, Roques, Serin, Thiébaut.


SÉANCE DU 3 OCTOBRE

Présidence : M. Foissac

 

Décès

- Notre ancien administrateur François Sigrist nous a quittés le 15 juillet dernier. François, architecte, a longtemps été le dessinateur attitré du Bulletin de la Société, illustrant par la précision de son trait tant d’articles qu’il est impossible de tous les citer ici. Il a lui-même publié « Luzech, évolution de l'aspect du site et des accès depuis le milieu du XIXe siècle » dans le BSEL t. CIII, 1982. La SEL était représentée à ses obsèques et a présenté à sa famille ses plus sincères condoléances.

- Michel Carriol, l’un de nos plus anciens adhérents nous a quittés en novembre 2018. Chercheur infatigable, il a laissé un fonds documentaire important (travaux publics, géologie, etc.) que ses enfants ont bien voulu donner à notre Société. Nous les remercions vivement de ce geste et les assurons que la mémoire de leur père sera ainsi préservée par un fonds à son nom.

 

Nouveaux membres

- Claude Labarrière, de Gramat

- Jocelyne Bourgoin, de Toulouse

- Catherine Jeulin, de Paris

- Charles Montin, de Paris

- Josette Mouysset, de Cahors

- Jacques Girma, de Puy-L’Évêque

- Myriam Montaudié, de Paris

- Chantal Joualane, de Neuilly-Plaisance

- Florence Weigele, de Cambayrac

- Philippe Naszalyi, d’Épinay-sur-Orge

 Ouvrages et articles reçus

- François Arbelet, Une évasion au Moyen Âge, Gourdon en Quercy, 131l : une enquête judiciaire inédite, préface de Miri Rubin, Cahors, éd. La Louve, 2019, 105 p. (D403)

-Thierry Pélissié, Patrice Tordjman, Causses du Quercy, 12 itinéraires de randonnée, collection Les guides géologiques, éditions Omniscience, 2019, 240 p. (D404)

-Geneviève Besse-Houdent, Quand Quercy rime avec Italie aux siècles de la Renaissance, The book edition, 2019, 102 p. (D405)

-Jean-Marie Oustry, De bonheur et de douleur, auto-édition Jean-Marie Oustry, 2018, 70 p. (BD500)

-Bernard Vialatte, Le canton de Gramat en cartes postales, vol.1 : Alvignac, Miers, Padirac, Rignac, Thégra, Association Racines, 2019, 186 p. (F307)

-Charles Montin, Carennac pendant la Révolution, édition de l'association Les amis de Carennac, 2019, 293 p. (O702)

-Xavier-Marie Garcette, Le marquis de Saint-Sozy, un aristocrate quercinois au Siècle des Lumières, Paris, L'Harmattan, 2019, collection romans historiques, série XVIIIe siècle, 236 p. (O703)

-Françoise Auricoste, Cazals (Lot) au XIXe siècle, édité par la mairie de Cazals, 2019, 310 p. (O704), don de l’auteur.

-Edmond Albe, « Monographie de Bretenoux et ses environs, 1ère partie », transcription de Guy Castéran, Bulletin de l'Association des Amis du Pays de Saint-Céré, n° 71, juin 2019, p.1-12.

-Christian Verdun, La cathédrale de Cahors il y a 900 ans, son aspect au XIIe siècle, hypothèses et reconstitutions graphiques, Arcambal, Tréboulou éditions, 2019, 36 p. (BO2147)

-Gaëlle Mazé, Église paroissiale Sainte-Appolonie, exercice de relevé et de connaissance des édifices anciens, DSA 1ère année Architecture et Patrimoine, 2017 et 2018 (BO2148), don de l’auteur.

-Marie-Cécile Itier, « Un sarcophage de l'époque mérovingienne retrouvé en centre-ville », La Vie Quercynoise, 22 Août 2019 (BO2150)

-Le Monde, AFP, « Après 1400 ans dans un sarcophage, une femme de l'époque mérovingienne découverte à Cahors », 17 Août 2019 (BO2151)

 -Jean-Pierre Baux, Michel Lorblanchet, Artistes des Temps glaciaires en Quercy, film réalisé dans la collection Les grottes ornées du Quercy, coproduction Racines-Le Miroir, 2014, 48 mn.

-Bruno Tollon, Patrice Thébault, « Le château de Bournazel ressuscité », Le Patrimoine, Histoire, culture et création d'Occitanie n° 55, printemps 2019, p.112-121.

-Geneviève Dreyfus-Armand, Septfonds 1939-1944. Dans l'archipel des camps français, Perpignan, éd. Le revenant, 2019, 438 p. (O705), don de l’auteur.

-Hanna Schram et Barbara Vormeier, Vivre à Gurs, un camp de concentration français 1940-1941, Paris, Maspero, 1979, collection Actes et mémoires du peuple, 379 p. (O706)

Communication

« SEPTFONDS 1939-1944. DANS L’ARCHIPEL DES CAMPS FRANÇAIS » (Geneviève Dreyfus-Armand)

On connaît bien notre sociétaire et administratrice Geneviève Dreyfus-Armand pour être une des spécialistes internationalement reconnues de « l’accueil » ou disons plutôt l’internement des réfugiés républicains, civils et militaires, à la fin de la guerre civile espagnole, sujet sur lequel elle a publié ou coordonné plus d’une dizaine d’ouvrages et participé à de nombreuses autres publications. Elle vient d’ajouter au mois d’avril à cette liste déjà impressionnante un ouvrage de 438 pages consacré au camp d’internement de Judes à Septfonds (82) qui fait ce soir l’objet de sa communication devant la Société. Un lecteur mal informé pourrait croire le Lot peu ou pas concerné par l’existence d’un camp certes proche mais situé en Tarn-et-Garonne et, semble-t-il, exclusivement destiné à accueillir les républicains espagnols. Mais ce serait oublier que Septfonds a constitué l’un des îlots de ce que Geneviève appelle « l’archipel » des camps français puisqu’il a largement dépassé le rôle d’internement de républicains espagnols qui lui était initialement assigné. Il s’élargit en 1940 à l’entraînement puis la démobilisation des étrangers engagés au service de la France contre l’envahisseur nazi, combattants ou travailleurs. À partir de 1941, sous Vichy, il redevient camp d’internement de ces mêmes étrangers devenus entre-temps « indésirables » bientôt rejoints par les Juifs, dont ceux réfugiés dans notre département. Ce serait aussi oublier que Septfonds n’a parfois été qu’une étape vers le camp d’extermination d’Auschwitz pour les Juifs ou la terrible carrière de Mauthausen pour les Espagnols. C’est dire que les Lotois auraient tort de se considérer comme peu concernés par ce camp, d’autant que le préfet d’alors, Loïc-Petit, déplorait que « son » département n’ait pas été jugé digne d’accueillir une pareille structure…

Nous ne saurions, faute de place, développer davantage une communication extrêmement documentée (en dépit de la destruction volontaire des archives du camp le 10 juillet 1945, après la Libération, il faut le noter) au terme d’un travail qui se mesure en années. Ajoutons tout de même qu’il serait injuste de laisser croire que l’auteure s’est contentée d’un seul exposé historique. Elle a su donner dans sa communication une très large place à cette humanité internée, ses pénibles conditions de séjour, aux vies brisées par la maladie et le désespoir (avec un cimetière espagnol de 81 tombes) mais aussi à la solidarité et même à la vie culturelle du camp dont la commune a su bénéficier à travers l’œuvre d’artistes, peintres notamment comme Josep Ponti, Salvador Soria Zapater, Bonaventura Trepat et Josep Marti, qui ont laissé dans l’église et la mairie de Septfonds la trace émouvante de leur passage. La ville de Septfonds rend aujourd’hui hommage aux internés et déportés dans une belle structure d’accueil baptisée « La Mounière, Maison des mémoires de Septfonds » qui fait aussi une large place aux autres aspects de l’histoire locale (chapellerie, vie de Dieudonné Costes, un des grands pionniers de l’aviation, etc. https://www.septfonds-la-mouniere.com )

[1] Présents : Mmes Andral, Austruy, Azaïs, Bouat, Brasilier, Dreyfus-Armand, Foissac, Grafouillère, Gros, Jaoulane, Jooris, Lherm, Mouysset, Pendino, Picard, Sullivan, Weigele ; Mlles Bourrières, Brun, Cavaroc, Chapou, Mercadier ; MM. Andral, Austruy, Auvray, Azaïs, Birou, Bouat, Chevriau, Deladerrière, Depeyrot, Foissac, Goyet, Gros, Kelly, Linon, Murphy, Naszalyi, Roques, Savy, Serin, Thiébaut.

 

SÉANCE DU 6 JUIN

Présidence : M. Foissac

Nouveaux membres

  • Dennys Murphy et Déborah Sullivan, de Labastide-Murat
  • Emmanuel Carrère, de Cahors

Ouvrages et articles reçus

  1. Benenati, A. Bourges, C. Cardona, C. Carsac, E. Cattani, P. Ploszaj, J. Saint-Martin, M. Smerz,  Cahors la Moderne, portrait d'une ville aux 17e et 18e siècles, Master-Patrimoine, Université Toulouse Jean-Jaurès, 69 p., 2019. BD496.

Marguerite Guély, « Normands, reliques et routes de pèlerinage, la version d'un chanoine du XIIIe siècle », tiré-à-part des Actes du 74e congrès de la fédération des Sociétés savantes du Centre de la France, Bulletin de connaissance et sauvegarde Saint-Léonard-de-Noblat, n° 74, 2018, p. 37 à 53. BD497 (dédicace « À M. Patrice Foissac, qui partage mon opinion sur les chemins de Saint-Jacques »).

Titinga Frédéric Pacere Naba, Hommage au professeur Edmond Jouve, Paris, L'Harmattan, 2018, 3e édition, 125 p., recueil de poèmes. D401 (avec dédicace d'Edmond Jouve à Patrice Foissac).

Edmond Jouve, Quelle francophonie en Guyane ?, Paris, L'Harmattan, 2019, 261 p., O701 (avec dédicace d'Edmond Jouve à l'intention de Patrice Foissac).

« Planète Lot 2019 », animations, conférences, visites, expositions, ateliers, plaquette publiée par le Conseil départemental, 82 p., BD498.

Jean-Claude Bonnemère, « Fouilles au mont Saint-Cyr. Une forteresse protégeait bien la ville de Cahors à la fin de l'Antiquité », La Vie quercynoise du 23 mai 2019. BO2145.

« Premier spectacle vivant racontant l'incroyable histoire du château de Gourdon », La Vie quercynoise du 23 mai 2019. BO2146.

Pierre Laborie †, Penser l’évènement 1940-1945, Paris, Gallimard, 2019, coll. Folio Histoire n° 285, recueil de textes édités par Jean-Marie Guillon et Cécile Vast, 535 p.

 

Communications

« LE COUVENT SAINT-MARCEL DU POUGET : NOUVELLES DÉCOUVERTES ET HYPOTHÈSES » (Emmanuel Moureau)

Notre confrère Emmanuel Moureau, secrétaire général de la Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne et conservateur des Antiquités et Objets d’art du même département, a soutenu récemment (2018) une thèse d’histoire de l’art sur la collégiale de Montpezat, fondation du cardinal quercinois Pierre des Prés (1280-1361). Mais c’est d’un autre compatriote, lui aussi cardinal, le célèbre Bertrand du Pouget dont il vient nous entretenir ce soir. Plus que du cardinal lui-même à qui le récent colloque « Jean XXII », publié par nos soins, a consacré pas moins de trois articles (Béatrice Borghi, Armand Jamme et Pierre Jugie), il est question de sa fondation locale, le couvent de clarisses établi sur le site éponyme du manoir familial proche de Castelnau-Montratier. En effet, le célèbre légat du pape en Italie est originaire du Bas-Quercy, d’une famille de petite noblesse possessionnée autour du bourg, et, en dépit de ses pérégrinations ultramontaines, certes plutôt malheureuses, c’est sur sa terre natale qu’il fait élection de sépulture. Dans la perpétuation mémorielle des grands de l’Église, il ne pouvait être question pour le cardinal, lui qui avait connu les livrées avignonnaises et le somptueux palais de la Porta Galliera à Bologne, de se contenter d’une sépulture paroissiale ordinaire. Bertrand du Pouget aurait pu faire lui aussi le choix d’une collégiale mais c’est un monastère de franciscaines, des sœurs de Sainte-Claire ou clarisses, qui est destiné à accueillir sa sépulture. Il est dédié à saint Marcel, premier titre cardinalice de Bertrand. L’intention était fort ancienne puisqu’obtenue de Jean XXII dès 1318. La mort du cardinal-légat survient en 1352, dans sa résidence champêtre de Villeneuve-lès-Avignon d’où le corps sera ramené dans le couvent castelnaudais alors en voie d’achèvement. Emmanuel Moureau nous présente ensuite les vestiges du couvent sans doute abandonné au XVIIIe siècle, aujourd’hui transformé en exploitation agricole et en grande partie détruit dans le dernier quart du XXe siècle, à une époque où l’on aurait pu croire à sa protection définitive. C’est à partir de textes anciens, notamment une enquête de 1668, et de photographies familiales qui lui ont été prêtées qu’Emmanuel Moureau, aidé de Nicolas Bru, peut aujourd’hui nous donner une idée plus précise de la topographie du couvent, ensemble respectable prévu pour accueillir 24 religieuses. L’article à venir nous offrira les illustrations et relevés nécessaires à la compréhension des lieux, inutile de s’y attarder. Précisons tout de même que la propriété (privée) actuelle conserve quelques traces de son illustre passé : outre le tronc du gisant de Bertrand du Pouget conservé au village, ses armoiries figurent encore sur l’actuelle maison du propriétaire. Pour effacer la désastreuse impression de massacre patrimonial, rêvons avec notre conférencier d’une possible exploration des ruines et, pourquoi pas, d’une reconstitution du gisant que permettrait la découverte (ou la restitution) de la tête du cardinal…

* Présents : Mmes  Azaïs, Besse-Houdent, Brasilier, Chapou, Foissac, Lagarrigue, Mariotto, Serin ; Mlles Audouin-Bénac, Brun, Cavaroc, Mercadier ; MM. Audoin, Austruy, Azaïs, Baux, Brugnéra, Carrère, Chevriau, Deladerrière, Depeyrot, Patrice Foissac, Pierre Foissac, Serin.

 

SÉANCE DU 9 MAI

Présidence : M. Foissac

 

Nouveaux membres

  • Régine Jallet, de Rocamadour
  • Alain Azaïs Escapoulade, de Saint-Chamarand

 

Ouvrages et articles reçus

Claude Rabuteau, « Trois hommes et une conférence », conférence du 1er mars à Souillac animée par Michel Lorblanchet, proposée par « Les Amis du Piage », La  Vie quercynoise du jeudi 7 mars 2019. BO2137

Marc Louison, « Que va devenir l’ancienne prison ? Le projet retenu sera dévoilé en juillet 2020 », La Vie quercynoise, avril 2019. BO2138

« Méthanisation dans le Lot. Une mission ministérielle va mener l'enquête ! », La Vie quercynoise du jeudi 21 mars 2019. BO2139

Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des législateurs, 1791-1792, préface de Mona Ozouf, Centre international d'étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, t.1, A-G, 2007, 50 p. BO2140

Caroline Barrera, « Les sociétés savantes au XIXe siècle », Études aveyronnaises, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, 2018, p. 249-259.

Gilles Séraphin, « Lot. Cahors. Découverte de deux tours romanes du XIe siècle », Bulletin monumental, t.161-4, 2003, p. 359-362, fonds Tricaud.

Cécile Fock-Chow-Tho, « Cahors : deux maisons à façades en pan de bois du XIIIe siècle »,  Bulletin monumental, t.169-3, 2011, p.245 à 249, fonds Tricaud.

Maryse Vaugarny, Nicolas Isabelle, Rue du Château-du-Roy, le musée sentimental, photos de Jean-Louis Nespoulous, mars 2019, 125 p., don de Maryse Vaugarny. BD495.

Jean-Claude Bonnemère, « Sirogne-Rocamadour. Des découvertes qualifiées d'importance mondiale », La Vie quercynoise du  25 avril 2019. BO2141.

 

M.L., « Les archives départementales vont s’étendre à la Maison des Oeuvres », La Vie quercynoise du 25 avril 2019. BO2142.

Michel Lorblanchet, « L'historique des recherches menées dans la grotte ornée de Roucadour », La Vie quercynoise du 2 mai 2019. BO2143.

André Décup, « Cahors. Près de 3 000 personnes ont assisté à la procession de la Sainte-Coiffe », La Vie quercynoise du 2 mai 2019. BO2144.

 

Communications

« L’HISTOIRE DU QUERCY ET LA BANDE DESSINÉE » (Jean-Louis Conte)

Jean-Louis Conte traite ce soir d’un sujet original, sans doute jamais abordé dans une séance mensuelle de la SEL, peut-être en raison d’un préjugé tenace sur l’appartenance de la bande dessinée à la littérature jeunesse ou sur la futilité des sujets traités. On sait depuis longtemps qu’il n’en est rien et que cette forme d’expression a traité avec succès de sujets fort sérieux, souvent historiques d’ailleurs ; on pense à la fameuse et déjà ancienne Histoire de France en bande dessinée, aux aventures d’Alix et bien d’autres…

Le Quercy et son histoire sont les sujets de nombreux titres de la bande dessinée et Jean-Louis Conte s’excuse par avance des oublis possibles dans l’inventaire qu’il a choisi de nous présenter. Il confesse également les difficultés rencontrées dans le traitement de la question qui se prête mal à la synthèse autant qu’à une typologie rigoureuse. L’exposé, essentiellement chronologique, s’accompagne fort heureusement de la projection des couvertures, chaque diapositive présentant également le lieu concerné ainsi que la date d’édition. Le conférencier nous guide ainsi à travers les époques et les lieux emblématiques de l’histoire du Quercy, à commencer par la préhistoire et la grotte ornée du Pech-Merle avec les ouvrages de Joël Polomski, Figeac et son histoire avec la BD dessinée par Jean-Luc Masbou, originaire de la ville, Cahors, bien sûr, et on aura un plaisir particulier à citer les BD de Christian Verdun, sur des textes de notre vice-président Étienne Baux, Vertigineuse Inauguration sur la construction du pont Louis-Philippe et la très récente Alain de Solminihac.

Mais la BD quercynoise embrasse aussi les lieux mythiques : gouffre de Padirac, pont Valentré, Saint-Cirq-Lapopie, Rocamadour, souvent revisités d’ailleurs dans des approches tantôt légendaires (en puisant dans le célèbre Légendaire du Quercy de Robert Martinot), fantastiques, humoristiques, religieuses parfois ou, plus trivialement, policières. La BD s’intéresse aussi à des lieux moins connus, voire à des paysages : le Célé et sa vallée dans les ouvrages du Figeacois Jean-Christophe Vergne ou le causse quercinois avec le remarquable Chemins de pierres de Troubs (Jean-Marc Troubet).

On comprendra, et les auteurs oubliés voudront bien nous pardonner, qu’il est impossible de citer ici l’impressionnante liste des titres présentés par J.-L. Conte en cette soirée. Nous remercierons notre sociétaire pour cette très originale conférence ainsi que Christian Verdun, présent dans la salle et qui a bien voulu évoquer pour notre plus grand plaisir son travail passé, présent et à venir.

* Présents : Mmes  Azaïs, Brasilier, Chapou, Delsahut, Foissac, Lagarrigue, Mariotto, Tétaud, Serin ; Mlles Audouin-Bénac, Brun, Cavaroc, Mercadier ; MM. Audoin, Azaïs, Chevriau, Conte, Depeyrot, Foissac, Joannidis, J.-M. Rivière, Roques, Serin, Tétaud, Verdun.

 

SÉANCE DU 4 AVRIL

Présidence : M. Foissac

Nouveaux membres

- Guilen Petel, de Balma (31)

- Jean-Pierre Bach, de Cahors

- Christian Morel, de Saint-Simon

Ouvrages et articles reçus

Laurie Garnier, Inventaire des aménagements de la rivière Lot entre Cajarc et Cahors (1250-1500), mémoire de maîtrise, université Toulouse II-Le Mirail, 2005, en deux volumes, 500 p., don de M. Austry. Q132, Q133

Berthe Landes, Comment Molières a vécu la Révolution, préface de Jean Gauzin,  Saint-Céré, imp. Marmol, non daté, 152 p. F304

Pierre Poujol, « Jules Cayrade, la montée des idées républicaines et du syndicalisme à Decazeville à la fin du XIXe siècle », Les Cahiers de la belle vallée du Lot, 2019, 49 p. D400

Roger Austry, Cahors, ville de garnison du 7e régiment d'infanterie de ligne, 1877-1914, Cahors, ARHFA, non daté, 89 p., don de l'auteur. BO2134

Catherine Lamic, « Naissance du pôle confiturier de Biars-sur-Cère », Dire Lot, n° 246 de mars-avril 2019, p 6-11.

Marc Louison, « Des fouilles sur le mont Saint-Cyr pour percer le mystère du castrum romain », La Vie quercynoise du 21 mars 2019. BO2135

Mathieu Delaunay, « Des fouilles pour retrouver un fort romain disparu au mont Saint-Cyr », La Dépêche du Midi du 17 mars 2019. BO2136

 

Communications

« CAHORS LA MODERNE, PORTRAIT D’UNE VILLE AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES » (classe de Master II Patrimoine - Université de Toulouse Jean-Jaurès - Cahors)

Exceptionnellement, et à la demande des étudiants, la SEL a tenu sa séance mensuelle hors ses murs pour se rendre dans l’amphithéâtre du Centre universitaire Maurice-Faure et partager le compte-rendu de leurs travaux avec les adhérents de l’Université pour tous de Cahors (UPTC). La promotion 2019 du Master a entrepris l’étude du cadre urbain de l’époque moderne en se donnant pour limites chronologiques le lendemain du sac de la ville par les troupes d’Henri de Navarre (1580) à la Révolution de 1789. Il est vrai que cette période n’a guère eu la faveur des historiens de l’art, le Moyen Âge, si présent à Cahors, confisquant l’essentiel des publications.

Les étudiants ont constitué leurs traditionnelles équipes autour de quelques axes de recherche : lieux de pouvoir, « embellissements » (urbanisme), lieux de culte, hôpitaux, éducation, salubrité, architecture privée (quelques maisons et hôtels particuliers). Ce sont donc ces équipes qui nous présentent ce soir les principales pistes explorées et la synthèse de leurs recherches, précisant d’emblée que leur travail n’est pas un inventaire, qu’il a donc opéré des choix et ne prétend pas à l’exhaustivité. Par ailleurs, d’autres promotions, est-il nécessaire de le rappeler à nos fidèles lecteurs, ont antérieurement travaillé sur des sujets proches dont des bâtiments publics de Cahors (préfecture, palais de justice, caserne, hôpital).

Les différents thèmes sont ainsi présentés par des « focus » sur les aspects les plus originaux ou les plus emblématiques. Nous ne pouvons bien sûr n’évoquer ici que quelques exemples en laissant de côté les lieux déjà étudiés antérieurement : la destruction du palais consulaire de la place de la Conque et son transfert à son emplacement actuel, la construction des couvents des ordres masculins ou féminins enseignants (Jésuites, Ursulines, Mirepoises, etc.), le souci de l’hygiène et les premiers travaux d’embellissement (promenades, éclairage urbain), la construction ou rénovation des maisons particulières qui gagnent sensiblement en hauteur avec leur étage de mirandes…

On pourra toutefois regretter que ce travail, irréprochable dans ses objectifs patrimoniaux, ne s’intègre pas dans le sein d’une problématique historique plus large, celle de la stagnation ou du déclin par exemple, et d’une comparaison avec des villes voisines à la même époque, on pense évidemment à Montauban, la rivale si dynamique...

Le travail présenté ce soir en conférence a aussi fait l’objet d’une exposition (au CHAI) et la SEL tient à la disposition de ses membres son catalogue dans sa bibliothèque.

[1] En raison du déplacement au Centre universitaire et de l’ouverture de la séance à un autre public, nous n’avons pas été en mesure de recenser efficacement les présents au titre de la SEL.

 

 

SÉANCE DU 7 MARS 2019

Présidence : M. Foissac

Nouvelles adhésions

  • Geneviève Houdent, de Prayssac,
  • Delphine Magrez, de Gourdon,
  • Francine Soulignac-Miquel, de Laburgade.

Ouvrages et articles reçus

  • Alain Costes, « Potiers et poteries, Bazadais, Agenais, Quercy du XVIe au milieu du XXsiècle», édité par le GRECAM (Groupe de recherche en ethnographie et céramologie en Aquitaine et Midi toulousain), Documents de la Grézale n° 9, mai 2018, richement illustré, 206 p. F301.
  • Anaïs Charrier, « Cahors, les chantiers 2018 », plaquette éditée par la ville de Cahors, direction du Patrimoine. BO2125.
  • Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des constituants, 1789-1791, [extrait concernant la Généralité de Montauban], Paris, Universitas, 1991, 30 p. BO2126.
  • Blandine Kriegel, « La religion de l'histoire », Le Monde, article rédigé en avril 2007 à l'occasion de la parution d'un ouvrage consacré au bénédictin Jean Mabillon BO2129.
  • Pascale Thibault, Maurice Fenaille, Auguste Rodin, Emile Matruchot : la Renaissance de Montal, édition des Amis du Pays de Saint-Céré, 2018. 100 p. F302.
  • « La grotte du Pech Merle scrutée à la loupe par les scientifiques », La Vie quercynoise du 27 décembre 2018. BO2127.
  • Jean-Louis Thocaven, « Projet scientifique et culturel : une maison de la paléo à Souillac ? », la Vie quercynoise du 24 janvier 2019. BO2128.
  • André Décup, « La Sainte Coiffe de Cahors, une relique méconnue », La Vie quercynoise du 30 janvier 2019. BO2130.
  • Michel Palis, « Histoire quercynoise. Le feu sacré d'Henri de Navarre », La Vie quercynoise du 7 février 2019. BO2122.
  • Marie-Cécile Itier, « Les 900 ans de la cathédrale, l'occasion de développer le tourisme spirituel », La Vie quercynoise du 7 février 2019. BO2123.
  • Marie-Cécile Itier, « Les travaux de rénovation de la préfecture Chapou seront terminés pour cet été », La Vie quercynoise du 14 février 2019. BO2124.
  • Jean-Claude Bonnemère, « Hommage à une grande figure de Cahors et du Lot. Le Dr Louis Sauvé aujourd'hui "citoyen du ciel ! ", La Vie quercynoise du 21 février 2019. BO2131.
  • Marc Louison, « L'ASPEC 14-18 remet son exposition du centenaire au Musée de la Résistance », La Vie quercynoise du 21 février 2019. BO2132.

Communication

 

« LA "SAINTE-COIFFE" OU "SAINT-SUAIRE DE CAHORS" : CE QUE L’ON EN DIT ET CE QUE L’ON SAIT » (Patrice Foissac)

 

Initialement cette séance devait être confiée à notre sociétaire Geneviève Dreyfus-Armand qui a sollicité un report de sa communication. C’est pour suppléer cette absence et parce que la SEL a été de nombreuses fois sollicitée par des institutions et ses adhérents que P. Foissac a proposé de communiquer sur l’événement des « 900 ans de la cathédrale » et de la présence à Cahors, dans le trésor de la cathédrale, de la relique baptisée « Sainte-Coiffe ». En effet, comme cela survient fréquemment lors des commémorations qui ne sont pas à leur initiative, les historiens sont souvent sollicités pour apporter leur contribution à l’événement. Un colloque scientifique sur le sujet a donc été proposé par la DRAC à l’automne (19-20 septembre), mais, là encore, l’impatience médiatique et populaire a produit assez vite un nombre important de publications entachées d’erreurs ou d’exagérations manifestes et qui ne pouvaient rester sans réponse. L’intention du conférencier est donc de tenter de déterminer ce qui, dans les deux événements liés, repose sur des faits avérés ou relève de la tradition, voire de la légende. La première partie de l’exposé aborde la question de la venue à Cahors, en juillet 1119, du pape Calixte II et, documents à l’appui,  montre comment cette venue reste très incertaine mais vraisemblable. Beaucoup plus problématique est la consécration de l’autel de la Sainte-Coiffe et sa présence à cette époque dans la cathédrale. La seule « preuve » repose sur un témoignage tardif (1634) du chanoine François de Roaldès qui aurait déchiffré la mention de cette consécration sur l’autel lui-même alors au château de Cénevières. Témoignage plus que douteux puisqu’outre la disparition de l’autel et du procès-verbal de la découverte, les épigraphistes jugent le relevé de l’inscription invraisemblable. De cette présence improbable à 1408, la relique disparaît totalement des sources existantes. Il n’y en avait pas plus de traces au moment où les premiers historiens du Quercy (Dominici, Malleville, Salvat, Fouilhac, etc.) cherchent à fonder la tradition de sa présence précoce. Chaque génération d’historiens locaux va dès lors s’appuyer sur la précédente tout en n’hésitant pas à enrichir la tradition de détails plus ou moins fantaisistes. Mais, plus surprenant encore, de sa présence attestée en 1408 jusqu’à son miraculeux sauvetage lors de la prise de Cahors par les protestants en 1580, le culte de la relique reste extrêmement discret. Ce n’est qu’à partir de l’extrême fin du XVIe siècle et aux siècles suivants que ce culte se développe sous forme d’ostensions et processions. L’historien, rappelle P. Foissac, doit avant tout s’intéresser au contexte religieux mais aussi politique, économique et social de l’apparition avérée de la relique, ici la très grave crise des XIVe et XVsiècles au cœur de la guerre de Cent Ans, du Grand schisme d’Occident et de la Grande peste, laissant aux fidèles et à l’Église les débats théologiques et le sens à donner à cette relique. On retrouvera dans ce BSEL l’intégralité de la communication de P. Foissac.

 

[1] Présents : Mmes Albinet, Bergounioux, Bonnet, Brasilier, Calmon, de Castelbajac, Davidou, Foissac, Girardi, Goyet, Grafouillère, Gros, Haïtce, E. Houdent, G. Houdent, Lagaly, Lagarrigue, Laporte, Lherm, Marché, Marty, Montaudié, Pendino, Picard, Rooryck, Rozières, Serin, Serres, Soirot, Tetaud ; Mlles Bourrières, Cavaroc, Mercadier ; MM. Albert, Audoin, Austruy, Azaïs, Baux, Bergounioux, Bounoua, Brugnéra, Calmon, Carrère, de Chalain, Chevriau, Conte, Davidou, Deladerrière, Depeyrot, Foissac, Fraïsse, Germain, Goyet, Gros, Kelly, Lagaly, Lecuru, Linon, Montaudié, Rausières, Rigal, F. Rivière, J.-M. Rivière, Royère, Sauvage, Savy, Serin, Soirot, Tetaud.

 

  

 

 

SÉANCE DU 7 FÉVRIER 2019[1]

Présidence : M. Foissac

 

Nouvelles adhésions

 

  • Mme et M. Bart, de Brugières,
  • René Castanié, de Cahors,
  • Mme et M. Max Roy, de Gignac.

Ouvrages et articles reçus

  • Colette Chantraine-Zachariou, Pierre Andrès et ses machines singulières, édicausse, 2018, 64 p. BD494.
  • Guy Chassagnard, Chroniques du Quercy, Segnat, 2018, 436 p. O698.
  • « Cadastre de Rocamadour et Couzou terminé en 1659 », transcription intégrale dirigée par l'abbé Lafon, remis par Philippe Deladerrière, hors-commerce, Rocamadour, 2002, non paginé. F300.
  • « Louvre-sur-Lot », l'exode des œuvres du musée du Louvre, catalogue de l'exposition organisée par la préfecture du Lot en souvenir de l'exposition mémorable de novembre 1945 où 13 tableaux majeurs du Louvre y furent exposés, 2019, 33 p. BD2120.
  • Pascale Thibault, « Maurice Fenaille, Auguste Rodin et la restauration de Montal », article paru dans le magazine Dire-Lot n° 245 des mois de janvier-février 2019, p.7 à 11.
  • Guy Chassagnard : « L'obélisque de Monsieur Champollion », article paru dans le magazine Dire-Lot n° 245 des mois de janvier-février 2019, p.12 à 17.
  • Edmond Albe, « Monographie de la paroisse de Glanes », transcription de G. Castéran, extrait du Bulletin de l'Association des Amis du Pays de Saint-Céré n° 70 décembre 2018 (p.15)

Communications

« LA ROSE DU QUERCY, UNE ROSE DE CŒUR » (Geneviève Besse-Houdent)

Nous avions pris soin de prévenir nos fidèles des séances mensuelles que la soirée ne serait pas consacrée à la botanique mais à l’histoire de l’art dont Geneviève Besse-Houdent est spécialiste même si elle reconnaît s’aventurer ce soir sur un terrain qui ne lui est pas totalement familier mais qui a eu l’heur de la passionner, la sculpture ornementale du gothique flamboyant dans son originalité quercinoise. Ce sujet n’a fait l’objet que d’études anciennes, notamment celle de l’abbé Depeyre dont les manuscrits sont conservés à la SEL, et Geneviève Besse-Houdent entend nous proposer de nouvelles perspectives d’interprétation qui s’appuient comme la salle va très vite le constater sur de nombreuses investigations de terrain et de non moins nombreuses lectures à la recherche de possibles inspirations. Notre conférencière entend d’abord restituer le contexte de l’apparition du registre des roses du Quercy, contexte économique et social du repeuplement et de la reconstruction de la province, de l’affirmation d’un pouvoir royal, y compris en matière religieuse avec la nomination d’évêques à sa dévotion. C’est en effet l’évêque de Cahors Antoine d’Alamand, dont la famille s’est distinguée au service du roi en Dauphiné, qui semble être l’initiateur de ce registre de la rose sculptée, dont la première éclosion apparaît en 1484 dans la cathédrale, dans la nouvelle chapelle Notre-Dame, dite aussi « chapelle profonde », et dont on recense encore aujourd’hui plus de 500 occurrences en Quercy et dans ses marges. Il s’agit d’une rose épanouie à deux ou trois corolles de quatre, cinq ou six pétales, au cœur fermé. En 50 ans, le modèle restera le même, qu’elle reste d’exécution rustique, encore marquée par la gradine, ou plus raffinée. L’association de la Vierge et de la rose n’a en soi rien d’exceptionnel, elle fait partie de la symbolique mariale au même titre que le lys comme le confirme la riche iconographie projetée par G. Houdent qui nous rappelle immédiatement que cette rose est accompagnée d’autres ornements sculptés : bâtons écotés, monogrammes du Christ, croissants de lune et soleils, billes, lys, miroirs. Mais vient enfin le moment tant attendu des possibles interprétations de ce motif récurrent de la rose et des ornements associés. L’hypothèse de G. Houdent peut surprendre puisqu’elle privilégie une interprétation érotique qui s’appuie sur le scandale avéré né de la fréquentation assidue par l’évêque Antoine d’Alamand de Sicarde du Sorbier, la « trésorière du Quercy » (en référence à son époux, Jacques du Vigier, trésorier royal), dite publiquement « favorite » de l’évêque et qu’il n’hésitera pas à désigner marraine de sa chapelle Notre-Dame… L’évêque, érudit humaniste, a-t-il voulu dissimuler un amour impossible en mariant le sacré du culte marial au profane de la littérature amoureuse dans le symbole de la rose et du bâton écoté ? C’est bien ce que propose notre conférencière en s’appuyant, une fois encore, sur les patientes et érudites recherches dont elle nous livre l’essentiel dans l’attente d’un prochain article du BSEL.

[1] Présents : Mmes Bergounioux, Brasilier, Delsahut, Foissac, Girardi, Grafouillère, Lafon, Lagarrigue, Mercadier, Montaudié, Picard, Serin, Soulignac-Miquel ; Mlle  Cavaroc ; MM. Baux, Chevriau, Deladerrière, Foissac, Joly, Kelly, Lafon, Lagaly, Mailhol, Montaudié, Pons, Réveillac, Roques, Royère, Serin, Valette.

 

 

SÉANCE DU 10 JANVIER 2019[1]

Présidence : M. Foissac

Nouveaux membres

 

       - Pauline Audoin, de Cahors,

       - Marie-Hélène Fournier, de Gourdon,

       - Commune de Gourdon.

Décès

  • M. Jacques Tulet, de Toulouse, l’un des derniers « membres perpétuels » de la SEL.

Ouvrages et articles reçus

 

  • 5 livrets de la collection «Duo monuments, objets » dont « Occitanie, terre des cathédrales » présentant la cathédrale de Cahors (p. 50 et 51), DRAC, 2017-2018, 89 à 110 p. BD488 à 492.
  • Bernard de Gauléjac, La liquidation des biens de l'Ordre du Temple dans le Sud-Ouest de la France, thèse de l'École nationale des Chartes (1925), présentation de Pierre Vidal, édité par « Les Amis des Archives de la Haute-Garonne », mention des maisons de Trébaïx et du Bastit, 2017, 97 p. F299.
  • Mette Harder : « Survivre en milieu hostile? Les relations entre les députés exilés en Guyane, an III-VIII », Société des études robespierristes, 2018, p 201 à 209 Jean-Pierre Ramel cité, BO2112.
  • Guillaume Verdié, 1619,  Gourdon-en-Quercy, le château disparu [d'après les recherches de Max Aussel], éditions Héritages du Sénéchal, 2018, 122 p. D399.
  • Au nom de M. Pierre Lonfranc, M. Baux remet à la SEL plusieurs exemplaires de la « Gazette du village », « journal républicain et agricole paraissant tous les dimanches » datés de 1904.
  • Remise à la SEL, par M. le Préfet, d'un exemplaire du volume 4 de la Mission du centenaire 14-18 : « 2018, centenaire de la Première guerre mondiale », Alpha-Doc, 2018, 1529 p.

 

Communication

« DE SAINT-CIRQ-MADELON A BIRIBI, LE PARCOURS D’UN MAUVAIS GARCON LOTOIS » (Frédéric Rivière)

La vie d'Antoine George, jeune homme natif de Saint-Cirq-Madelon, est d'abord marquée par un contexte familial difficile : un père qui ne reconnaîtra sa paternité que très tardivement, des disputes qui se terminent dans le sang ou encore une mère condamnée pour infanticide. S'en suivra une dérive lente mais inexorable, faite de petits cambriolages, d'abus de confiance, de vols, d'effractions et de nombreux passages en prison, pour des périodes allant de quelques jours à quelques mois. Neuf condamnations au total. Ce « parcours judiciaire » a été en grande partie conservé dans les archives départementales des lieux des méfaits. La richesse de ces dossiers provient aussi des nombreux témoignages des victimes ou des témoins, ces paysans, aubergistes ou propriétaires des causses de Gramat et de Gourdon, qui, avec force détail, dressent un panorama complet de leur quotidien, leur rythme de vie et leurs mœurs au tournant des XIXe et XXe siècles. Toutefois, la douceur des paysages des causses deviendra durant quelques temps un vague souvenir pour Antoine, finalement condamné à effectuer son service militaire aux Bataillons d'infanterie légère d’Afrique, les BILA dits communément « Bat' d'Af' » ou « Joyeux » (sa plaque d'identité militaire est le point de départ de ces recherches). Ces unités disciplinaires, où les sous-officiers s'apparentaient le plus souvent à de sadiques tortionnaires, répondaient au nom générique de « Biribi ». Notre Lotois survivra à cet enfer, non sans avoir contracté un paludisme qui le suivra sa vie durant. Mais le traitement disciplinaire n'aura pas raison de son caractère et il sera condamné une ultime fois à quatre années de prison... avec sa femme. Il est toujours en prison lorsque la Première Guerre mondiale éclate. D'abord maintenu en détention, puis élargi pour être mobilisé à l'arrière, les pertes effroyables entraîneront finalement son incorporation, comme tous les valides « pas trop mal portant ». Antoine traversera alors les plus dures batailles sans une blessure, obtenant même la Croix de guerre avec citation pour un acte de bravoure. Démobilisé en 1919, il retourne quelque temps à Cahors avant de partir pour le Languedoc. La dernière trace que nous ayons de lui est sur les listes de recensement de Villeurbanne en 1926 : il est marié (pour la troisième fois) et père de plusieurs enfants. Après cela, Antoine « disparaît », nous empêchant de mettre un point final à cette vie non pas extraordinaire, mais tout simplement ordinaire, ce qui en fait tout son intérêt.

[1] Présents : Mmes Aubry-Derieux, Azaïs, Brasilier, Delsahut, Flaujac, Graffouillère, Lafon, Lagarrigue,  Mariotto, Mercadier, Pendino, Penin, Rivière, Royère ; Mlles Brun, Cavaroc, Garnier ; MM. Audoin, Austruy, Auvray, Azaïs, Chevriau, Conte, Deladerrière, Depeyrot, Foissac, Gérard, Lafon, Laneau, Linon, Réveillac, Rigal, F. Rivière, J.M. Rivière, Royère, Sabatier, Savy, Serin.

 


Précédent Suivant »

Lu 13636 fois

Éléments similaires (par tag)

Nous sommes ici...