Association pour la Sauvegarde des Maisons et Paysages du Quercy

       

Association pour la Sauvegarde des Maisons et Paysages du Quercy




                                  ASMPQ

Nos premières sorties sont annoncées

Une 2e sortie est également programmée pour le 13 juin sur la commune de Sénaillac-Latronquière.

Et pensez au covoiturage !


Samedi 7 mars 2020, visite du castrum de Pestillac et de la tour de Mescalprès

L’Association pour la Sauvegarde des Maisons et Paysages du Quercy vous propose de découvrir les vestiges du castrum de Pestillac, sur la commune de Montcabrier, avec le concours de Gilles Séraphin, architecte du patrimoine.

Après Pestillac, nous nous rendrons à Saint-Martin-le-Redon où Gilles Séraphin nous fera découvrir la tour de Mescalprès. A l’issue de cette visite le verre de l’amitié sera servi sous la halle de Saint-Martin-le-Redon, en présence de Monsieur Lassaque, maire de la commune.
La visite est gratuite pour les adhérents de l’ASMPQ et MPF, elle est de 5 euros pour les non-adhérents.

Lieu de rendez-vous et covoiturage
Pour les personnes qui souhaitent covoiturer, rendez-vous à 13 h 30 au nouveau parking (gratuit) de la gare SNCF à Cahors ; pour les autres, rendez-vous sur la place de Montcabrier à 14 h 30, afin de se regrouper pour se rendre 1 km plus loin à Pestillac, les possibilités de stationnement dans le hameau étant très réduites (se référer au plan joint).
Nota : les sites visités peuvent présenter quelques difficultés d’accès (escarpement, buissons, boue) aussi nous vous conseillons de venir chaussés confortablement (tennis ou chaussures de marche).

Pour vous mettre en appétit, nous vous joignons une présentation du site de Pestillac, rédigée par Gilles Séraphin :

En août 1218, au lendemain de la victoire à Toulouse des barons méridionaux sur les Croisés de Simon de Montfort, Amalvin de Pestilhac revient en Quercy avec ses chevaliers pour relever les ruines du castrum de ses ancêtres. Autour d’une nouvelle chapelle romane où interviennent des maîtres maçons issus des chantiers de Guyenne, le baron et ses chevaliers relèvent les murs des logis et des tours. Leurs habitants les déserteront peu après, attirés par les arcades gothiques et le tracé rationalisé de la bastide de Montcabrier dont l’édification débutera dès la fin du 13e siècle.
Face à la bastide médiévale, dispersés aujourd’hui dans une végétation dense, subsistent néanmoins les vestiges altiers du vieux castrum, de sa double chapelle castrale et de ses maisons-tours à angles arrondis.

Gilles Séraphin

Pour télécharger la carte,cliquez CE LIEN

Nous sommes ici...