Chargement Évènements

Le Prieuré Notre-Dame de Laramière

5 janvier 2023

Philippe Mery

Il y a deux mille ans un petit ruisseau, le Rausel, s’enfonçait là dans le sol creusant à 60m de profondeur une première salle (L. 200m x l. 100m x H. 50). Cette perte se transforme en résurgence à Cahors et à Cajarc.

Le gouffre du Rausel

Tout naturellement, il fut édifié au-dessus ce gouffre un temple gallo-romain dédié aux déesses des profondeurs. Au 10ème siècle, les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle s’arrêtaient là pour faire quelques vœux et jeter une piécette.
Un peu plus tard, les moines de la Dômerie d’Aubrac leur construisirent un abri (grande salle voutée) qui existe toujours. Dans cet abri, un moine itinérant, Bertrand de Griffeuille venu de l’abbaye augustine de La Couronne (Angoulême) s’installa vers 1140 pour y créer une communauté masculine.

Après sa mort en 1169, il fut béatifié et tous ses nombreux biens revinrent aux Augustins qui investirent les lieux et qui construisirent un prieuré tout autour de la salle voûtée tout en respectant le plan de Saint-Gall.

Ce prieuré eut à souffrir les affres de plusieurs guerres, celle de cent ans, celle de religions qui le laissèrent dans un triste état en 1589. Ce n’est qu’en 1661 que le Prieuré reprit vie (partiellement) avec l’arrivée des Jésuites qui avaient hérité de l’abbaye de La Couronne et de toutes ses dépendances (nombreux prieurés). En 1761, les Jésuite sont chassés de France et ils quittèrent donc le Prieuré. En 1789, La Révolution sévit, heureusement sans dommage : le Prieuré devint une ferme et sa Prieurale l’église du village, ce qu’elle est toujours.

Prieuré (façade Ouest)

 

La salle capitulaire

D’héritage en héritage, le Prieuré est découpé jusqu’à ce que dans les années 1980, un acheteur réussisse un remembrement  miraculeux qui permit depuis 2005 à Philippe Méry de le restaurer le mieux qu’il put.

Détails

Date:
5 janvier 2023
Catégorie d’Évènement: